Aller au contenu principal

Guerre des Six Jours – Lutte sur le Front Syrien

e-Musée > Guerres et Opérations > Guerres > Guerre des Six Jours > Lutte sur le Front Syrien

I. Contexte

II. Début de la Guerre

III. Lutte sur le Front Égyptien

IV. Lutte sur le Front Jordanien

VI. Rôles Joués par l’Armée de l’Air et par la Marine

VII. Fin de la Guerre et Échange de Prisonniers

V. Lutte sur le Front Syrien

De façon surprenante, le front syrien était relativement calme au 5 juin. L’artillerie syrienne ouvrit le feu et des avions furent mêmes envoyés pour attaquer le territoire israélien, mais les dégâts causés furent limités. Les forces israéliennes ripostèrent et l’Armée de l’Air fut envoyée dans cette région et détruisit une partie des forces aériennes syriennes. Bien qu’étant préparés à une offensive contre Israël conformément à leurs plans, les Syriens préférèrent patienter que la situation s’éclaircisse sur les autres fronts et ne se pressèrent pas de répondre aux pressions égyptiennes d’attaquer. Le jour suivant, les Syriens exécutèrent toutefois une partie de leur plan d’attaque, en lançant une offensive au nord d’Israël. Ces attaques furent repoussées avec des pertes substantielles dans les rangs syriens.

Journées des 6, 7 et 8 juin

Les 6 et 7 juin, des tirs d’artillerie furent échangés et les avions de l’Armée de l’Air israélienne manœuvrèrent pour mettre l’artillerie syrienne sous silence. Le Commandant du commandement régional, David Elaza, souhaitait attaquer, mais le Ministre de la Défense refusa d’approuver cette décision. Le 8 du mois, l’Armée de l’Air, après s’être libérée de ses autres missions sur les autres fronts, se prépara à mener une offensive concentrée contre les Syriens sur le plateau du Golan, mais l’attaque fut annulée. Malgré cela, le commandement régional exigea le maintien d’un niveau de préparation élevé en cas de modification des instructions. Le Chef d’État-major donna toutefois l’ordre de déplacer les troupes qui avaient rempli leur mission sur les autres fronts, vers la région nord.

Développements sur le front syrien. Source : US Army

Journée du 9 juin

Le 8 juin au soir, une réunion ministérielle fut organisée afin de discuter de l’action à mener contre les Syriens. Le Ministre de la Défense s’opposa à l’ouverture d’un front supplémentaire par peur de l’implication potentielle soviétique. Cependant, le 9 juin au matin, après avoir été informé que l’Égypte avait accepté un cessez-le-feu, le Ministre de la Défense se rétracta et ordonna au Commandement de la Région Nord d’attaquer.

Tout d’abord, ce furent les brigades actives régionales qui furent lancées dans la bataille. La Brigade de la Vallée de la Houla attaqua et s’empara des postes militaires syriens dans la région de Gonen-Noutra. Un détachement de la Brigade de la Vallée du Jourdain partit en direction de Tawfik pour attaquer, mais l’offensive fut perturbée et annulée en raison des lourds bombardements syriens.

Pendant ce temps, la force qui avait fourni l’effort de guerre principal se préparait à faire une percée : il s’agissait de la 8ème Brigade que l’on avait faite venir tout droit du Sinaï, suppléée par la Brigade Golani. La 8ème Brigade surgit de Givat Haim près de Kfar Szold et se dirigea vers Zaoura. Tout en livrant bataille, le bataillon blindé progressa vers Kela, alors que les conditions du terrain devenaient de plus en plus difficiles et que l’opposition syrienne se durcissait. A la fin du combat, seuls deux chars blindés arrivèrent en bon état. La Brigade Golani suivit la 8ème Brigade et conquit les postes militaires de Tel Azaziat et Tel Facher. Une dure bataille se déroula pour la prise de ces positions. Les forces de la brigade prirent la route pendant la nuit en direction du site des ruines de Baniyas et en prirent le contrôle dans la matinée du 10 juin.

Dans l’intervalle, d’autres forces arrivèrent dans le commandement régional en provenance du théâtre d’opérations jordanien. La 37ème Brigade monta sur le plateau dans la région de Gonen, après la capture des postes avancés syriens de la zone. La 45ème Brigade conquit Tel Hamra pendant la nuit.

Journée du 10 juin

Le lendemain, le 10 juin, la percée dans le plateau du Golan se poursuivit, avec le sentiment que le temps passant, l’éventualité d’un cessez-le-feu augmentait. La 45ème Brigade se déplaça vers le nord du plateau et prit le contrôle de la zone de Missada. La 8ème Brigade conquit la ville de Quneitra, la 37ème Brigade quant à elle s’approcha de Kfar Napah. Les forces de la Brigade Parachutiste s’emparèrent de Tawfik et d’autres forces furent débarquées sur le terrain par hélicoptère et arrivèrent jusqu’à la jonction de Butmaia. Les forces régionales prirent le contrôle des positions syriennes le long du Lac de Tibériade, jusqu’au Pont des Filles de Jacob. Dans l’après-midi, la 10ème Brigade monta sur le plateau et progressa pendant la nuit jusqu’au village de Hoshania.

Le lendemain, des opérations de stabilisation de la ligne de cessez-le-feu continuèrent. La 10ème Brigade prit la direction du sud jusqu’à la jonction de Butmaia, et dans le nord, la main mise sur la région de Quneitra et du nord du plateau fut assurée.

Retour à la page d’accueil de la Guerre des Six Jours

%d blogueurs aiment cette page :