Aller au contenu principal

Résultat de Recherche pour 'douvdevan'

7
Juin

Unité Douvdevan

Au Sujet de > Unités de Tsahal > Forces Armées > Forces Terrestres > Corps d’Infanterie > Unités d’Élite Indépendantes > Unité Douvdevan

Unité d'Élite Douvdevan

L’unité ‘Douvdevan’ (hébreu : דובדבן, litt. cerise) est une unité spéciale de Tsahal subordonnée à la Division de Judée-Samarie. L’admission dans l’unité se fait sur la base du volontariat et à cet effet les soldats sont soumis à des tests d’admission très difficiles et sélectifs. Les soldats de l’unité ‘Douvdevan’ sont recrutés parmi les soldats de la Brigade Parachutiste avec qui ils suivent un entraînement commun de plusieurs mois avant d’être séparés du reste des parachutistes suite au test de sélection.

C’est l’une des plus prestigieuses de Tsahal, comme l’indique son nom. En effet, les unités d’élite sont considérées comme la « crème » des unités de Tsahal, et ‘Douvdevan’ est la cerise que l’on pose sur la crème.

Soldats de Douvdevan en opération

Cette unité est spécialisée dans les opérations anti-terroristes. Les soldats de ‘Douvdevan’ opèrent dans la région de Judée-Samarie afin de déjouer les attentats terroristes. Les opérations sont menées en petites équipes. Lors de certaines opérations, les soldats sont amenés à se déguiser afin de tromper l’ennemi.

La devise de l’unité est : « Car tu feras la guerre avec prudence » (Livre des Proverbes, 24 :6).

Retour à la Page d’accueil des « Unités d’Élite Indépendantes »

31
Mai

Unité Douvdevan

Les soldats de ‘Douvdevan’ opèrent dans la région de Judée-Samarie afin de déjouer les attentats terroristes. Les opérations sont menées en petites équipes.

1. L’unité ‘Douvdevan’ (hébreu : דובדבן, litt. cerise) est une unité spéciale de Tsahal subordonnée à la Division de Judée-Samarie. C’est l’une des unités les plus prestigieuses de Tsahal, comme l’indique son nom. En effet, les unités d’élite sont considérées comme la « crème » des unités de Tsahal, et ‘Douvdevan’ est la cerise que l’on pose sur la crème.

2. Cette unité est spécialisée dans les opérations anti-terroristes.

3. L’admission dans l’unité se fait sur la base du volontariat et à cet effet les soldats sont soumis à des tests d’admission très difficiles et sélectifs. Les soldats de l’unité ‘Douvdevan’ sont recrutés parmi les soldats de la Brigade Parachutiste avec qui ils suivent un entraînement commun de plusieurs mois avant d’être séparés du reste des parachutistes suite au test de sélection.

4. Les soldats de ‘Douvdevan’ opèrent dans la région de Judée-Samarie afin de déjouer les attentats terroristes. Les opérations sont menées en petites équipes. Lors de certaines opérations, les soldats sont amenés à se déguiser afin de tromper l’ennemi.

5. La devise de l’unité est : « Car tu feras la guerre avec prudence » (Livre des Proverbes, 24 :6).

1
Juil

Photo du Jour : Soldats de l’Unité d’Elite Douvdevan

Unité d'Élite Douvdevan

L’unité d’élite ‘Douvdevan’ (littéralement cerise) est l’une des plus prestigieuses de Tsahal, comme l’indique son nom. En effet, les unités d’élite sont considérées comme la « crème » des unités de Tsahal, et ‘Douvdevan’ est la cerise que l’on pose sur la crème.

Cliquez ici pour en savoir plus sur l’unité d’élite Douvdevan.

27
Nov

Papy fait de la résistance – avec ceux qui n’arrêteront pas de défendre la Ligne Verte

Entretien avec le Colonel Yemini Canaan, Commandant de l’Unité ‘Kav Ha-Tefer’, aussi surnommée “unité de l’espoir », parmi les fondateurs de l’unité d’élite Douvdevan. Les soldats de cette unité, des réservistes volontaires de plus de 45 ans, s’occupent d’assurer la sécurité en Judée-Samarie, notamment dans des zones où le risque d’attaque terroriste est très élevé. Lire la Suite »

7
Juin

Corps d’Infanterie – Structure

Au Sujet de > Unités de Tsahal > Forces Armées > Forces Terrestres > Corps d’Infanterie > Structure

Formation

Structure

Structure du Corps d'Infanterie

Les unités composant le Corps d’Infanterie sont divisées en 3 catégories distinctes :

  • Les brigades d’infanterie régulières : la Brigade Golani, la Brigade Parachutiste, la Brigade Nahal, la Brigade Kfir et la Brigade Givati.
  • Les bataillons réguliers et indépendants : le Bataillon ‘Herev’ druze, le Bataillon de Reconnaissance Bédouin, et le Bataillon ‘Karakal’.
  • Les unités d’élite pour lesquelles l’admission se fait sur la base du volontariat : l’Unité ‘Maglan’, l’Unité ‘Douvdevan’, l’Unité ‘Oketz’, l’Unité d’Alpinisme et l’Unité ‘Egoz’.

Chaque brigade d’infanterie régulière est composée de :

  • Un Commandant de Brigade ayant le grade de Colonel ;
  • Un Commandant Adjoint de Brigade ayant le grade de Lieutenant-colonel. Lui sont subordonnés un Adjudant et des officiers des Corps Logistique, Médical, de Télégestion, des Renseignements, d’Armement.
  • Une base d’entraînement de la brigade, dirigée par un officier ayant le grade de Lieutenant-colonel ;
  • Trois bataillons réguliers, dirigés par un officier ayant le grade de Lieutenant-colonel (à l’exception de la Brigade Kfir qui en compte six) ;
  • Un bataillon de reconnaissance, considéré comme le bataillon d’élite de la brigade (à l’exception de la Brigade Kfir), dirigé par un officier ayant le grade de Lieutenant-colonel.

Retour à la page d’accueil du Corps d’Infanterie

7
Juin

Brigade Parachutiste – Structure

Au Sujet de > Unités de Tsahal > Forces Armées > Forces Terrestres > Corps d’Infanterie Brigade Parachutiste > Structure

Le « Guiboush Tsanhanim »

Structure

La brigade est divisée en 3 bataillons réguliers, un bataillon de reconnaissance et une base de formation.

Structure de la Brigade Parachutiste

Bataillon ‘Ef’a’ (litt. échide ou « vipère des pyramides »)

Le Bataillon ‘Ef’a’ est le tout premier bataillon parachutiste de Tsahal. Il a été créé en novembre 1950 et il est considéré comme une force combattante majeure et significative depuis son unification avec l’Unité 101. Son premier commandant était Ariel Sharon, et depuis les années 1950 jusqu’à aujourd’hui, le bataillon a participé à toutes les batailles les plus glorieuses de la Brigade Parachutiste (opérations de représailles, parachutage sur la passe de Mitla, les guerres du Liban, la bataille de la Ferme Chinoise, etc.).

Un peu d’histoire

Pendant la Guerre d’Indépendance, alors que les forces israéliennes étaient en pleine lutte pour freiner l’ennemi, le premier Chef d’État-major israélien Yaakov Dori créa l’unité des parachutistes. Sa vision de la situation suggérait que Tsahal aurait besoin d’une force parachutiste lorsqu’elle passerait à l’offensive après avoir repoussé l’ennemi. Yehouda Harari fut envoyé dans l’unité pour organiser une sélection rapide à l’issue de laquelle quelques dizaines de soldats seulement furent retenus pour intégrer la compagnie. Harari avait été informé que si la compagnie faisait ses preuves, une compagnie additionnelle serait créée, et peut-être même qu’un bataillon serait fondé par la suite. La base permanente du bataillon fut établie à Tel-Nof.

Les manœuvres de Tsahal de la fin de l’année 1950 donnèrent l’occasion à l’unité parachutiste de démontrer ses capacités. Sa participation aux manœuvres fut particulièrement efficace, et l’état-major décida par conséquent de la mise en place progressive d’un bataillon parachutiste en novembre 1950.

Bataillon ‘Peten’ (litt. cobra)

Des soldats de la Brigade Parachutiste

Ce bataillon a été créé en 1955 en tant que bataillon du groupe Nahal, sous le commandement de Motta Gour. Une année plus tard, il est nommé bataillon parachutiste de Nahal. C’est avec la création de la Brigade Nahal en 1990 que celui-ci est devenu un bataillon de la Brigade Parachutiste. Le Bataillon ‘Peten’ a prouvé son aptitude au combat  dans un large éventail d’opérations, allant des opérations de représailles à la Deuxième Guerre du Liban. Le bataillon a développé une méthode unique qui lui permet de livrer des combats prolongés en zone urbaine et habitée.

Un peu d’histoire

Au milieu des années 1950, l’État d’Israël était victime de nombreuses attaques de « fedayin » (des commandos armés palestiniens ne reconnaissant pas l’État d’Israël et qui s’infiltraient sur son territoire pour exécuter des attaques terroristes). Au même moment, certains commandants israéliens se plaignaient du manque de participation du Nahal à l’effort de sécurité de routine. Cela s’expliquait par l’effort que déployait le Nahal à s’occuper de la sécurité du futur : il aidait au développement des implantations agricoles et était censé rejoindre les autres unités de combat uniquement en cas de guerre. Cette absence de Nahal en matière de sécurité était d’autant plus dérangeante que la majorité de ses soldats étaient nés en Israël, mais ne prenaient pas part à l’effort de défense national pourtant urgent.

Afin de réparer ce préjudice, le commandant du Nahal de l’époque Irvin Doron, décida de créer un bataillon Nahal qui devait prendre part à l’activité militaire. Avec l’approbation du Ministre de la Défense et le soutien enthousiaste du Chef d’État-major de l’époque Moshé Dayan, le bataillon fut créé en 1955.

Une année plus tard, il devint bataillon de Nahal parachutiste. Les exercices d’entraînement du bataillon furent élargis à des domaines variés, mais l’accent était mis sur l’activité de commando et de raids terrestres. Les entraînements étaient durs et intensifs, l’objectif étant d’atteindre un haut niveau de combat en un temps limité. Les soldats du bataillon ont pris part à la Guerre d’Usure et ils ont combattu dans la région du Plateau du Golan pendant la Guerre du Kippour. Pendant la période entre la Guerre du Kippour et l’Opération Paix en Galilée, le bataillon a réalisé de nombreuses opérations en réponse aux tensions dans le nord.

Bataillon ‘Tsefa’ (litt. vipère)

Des soldats de la Brigade Parachutiste en formation

Le Bataillon ‘Tsefa’ a été créé en 1964 et a participé à toutes les batailles les plus glorieuses de la Brigade Parachutiste. En matière de sécurité de routine, il a été le premier à faire des patrouilles dans le sud de la Judée-Samarie.

Un peu d’histoire

En 1964, le Chef d’État-major Yitzhak Rabin s’est rendu sur le terrain des parades militaires de la base de Beit-Lid. A son arrivée, il pensait inspecter la formation du Bataillon ‘Ef’a’, mais une surprise lui avait été préparée. Trois compagnies de soldats et leurs commandants se tenaient debout, raides, et prêts pour la parade. Malgré l’excitation qui se lisait sur les visages des soldats, le Chef d’État-major ne devina pas la surprise et inspecta la formation comme à son habitude jusqu’à la levée du drapeau de l’unité. A sa grande surprise, le Chef d’État-major découvrit l’existence d’un nouveau drapeau – et d’un nouveau bataillon, le Bataillon ‘Tsefa’.

Ce sont les soldats du bataillon eux-mêmes qui avaient cousu le drapeau, sur demande du premier commandant du bataillon, Ephraïm Hiram. Le Chef d’État-major n’avait pas d’autre choix que de déclarer la formation qu’il avait inspectée, bataillon de la Brigade Parachutiste à tous égards.

Bataillon de Reconnaissance (hébreu : גדס"ר, ‘Gadsar’ ; ou סיירת, ‘Sayeret’)

Des soldats de la Brigade Parachutiste

Le Bataillon de Reconnaissance est composé de 4 compagnies. Les soldats désireux de rejoindre le Bataillon de Reconnaissance, considéré comme le bataillon d’élite de la brigade, doivent passer des tests de sélection très difficiles physiquement et mentalement qui visent à éprouver la volonté et les aptitudes des soldats, et qui ont lieu pendant la phase d’entraînement basique.

  • Compagnie de Reconnaissance (hébreu : פלס"ר, ‘Palsar’) : la mission de cette compagnie est de mener la brigade au combat, d’exécuter des opérations de navigation, patrouille et renseignement, ainsi que des raids et opérations spéciales. Ce bataillon a été créé peu de temps après la naissance de la Brigade Parachutiste.
  • Compagnie d’Ingénierie (hébreu : פלחה"ן, ‘Palhan’) : elle a été créée en 1963 et son premier commandant était Yitzhak Mordechai. Elle exécute des opérations de sabotage dans le territoire ennemi, de neutralisation de charges explosives, de pose de mines, etc.
  • Compagnie Antichars (hébreu : פלנ"ט, ‘Palnat’) : cette compagnie fait usage de missiles destinés à percer les chars blindés et les VTT (Véhicule de Transport de Troupes) de l’ennemi.
  • Compagnie de Liaison (פלחי"ק, ‘Palhik’) : les soldats de cette compagnie reçoivent une formation d’infanterie et servent d’opérateurs de communication sans fil de la brigade pendant ses activités de routine, les combats ou les opérations spéciales.

Base de Formation au Parachutisme et à la Lutte Armée

C’est dans cette base surnommée Shfifon (litt. vipère à cornes) que s’entraînent tous les soldats de la brigade. En outre, cette base est également en charge de la formation des unités de support au combat de la Brigade Parachutiste, et des unités d’élite ‘Maglan’, ‘Douvdevan’, etc.

Retour à la Page d’accueil de « la Brigade Parachutiste »

7
Juin

Brigade Givati – Un Peu d’Histoire

Au Sujet de > Unités de Tsahal > Forces Armées > Forces Terrestres > Corps d’Infanterie > Brigade Givati > Un Peu d’Histoire

Structure

Un Peu d’Histoire

Entraînement de Soldats de la Brigade Givati

Le 29 novembre 1947, l’Assemblée Générale de l’ONU décida de diviser la Palestine en deux États, un État juif et un État arabe. Le lendemain de la décision, les Arabes vivant en Palestine déclenchèrent une guerre contre les implantations juives de la région. Les hostilités furent ouvertes avec l’attaque à la grenade et à la mitrailleuse d’un autobus qui faisait route vers Jérusalem, le 30 novembre 1947, au cours de laquelle 7 résidents juifs furent assassinés. Le même jour, l’ordre fut donné de créer des brigades combattantes au sein de la Haganah. Parmi ces brigades, il y avait la Brigade Givati, qui reçut le numéro 5, et dont Shimon Avidan fut nommé le premier commandant. Avidan possédait une grande expérience au combat, acquise quand il était commandant du premier bataillon du Palmah. A sa création,  la Brigade Givati était composée de 4 bataillons; trois d’entre eux étaient constitués de membres de la Haganah de Tel Aviv et de ses environs, le quatrième étant constitué quant à lui, de membres des communautés du sud, Rishon LeZion, Rehovot et Ness Ziona.

Les combattants de la brigade ont pris part à de nombreux combats et ont acquis de nombreuses victoires sur le chemin de l’indépendance d’Israël. En 1956, la brigade régulière fut dissoute. En 1983, avec la prolongation de la guerre au Liban, il fut décidé de créer une nouvelle brigade d’infanterie dans Tsahal et de la nommer Givati, en référence à la brigade qui avait lutté pour l’indépendance d’Israël.

Le premier commandant de la « Jeune Givati » fut le Colonel Yehouda Douvdevani. La « Jeune Givati » a combattu alternativement dans l’ancienne zone de sécurité israélienne au Liban et dans la bande de Gaza. Suite au retrait du Liban en 2000, la brigade est passée sous la responsabilité du Commandement de la Région Sud et a été stationnée dans la zone de la bande de Gaza où elle a mené une série d’opérations de lutte contre le terrorisme au cours desquelles des centaines de soldats ont perdu la vie. Depuis août 2005, la brigade est stationnée autour de la bande de Gaza.

Retour à la Page d’accueil de « la Brigade Givati »

2
Juin

Commandement de la Région Centre

Au Sujet de > Commandements Régionaux > Commandement de la Région Centre

Le Commandement de la Région Centre (hébreu : פיקוד המרכז, ‘Pikoud HaMercaz’) est responsable de la sécurité en Judée-Samarie, de la protection de la frontière orientale d’Israël, de la prévention des attaques terroristes émanant des territoires dont il est responsable, tout en garantissant la sécurité des résidents, des communautés et des axes de circulation. Il doit également assurer le respect de la loi et de l’ordre dans son territoire, et maintenir un haut niveau de préparation au combat suivant divers scenarii.

Le commandant actuel du Commandement de la Région Centre est le Général de Division Avi Mizrahi.

Le Commandement de la Région Centre est responsable de la sécurité en Judée-Samarie

Mission

Le Commandement de la Région Centre est en charge d’assurer la sécurité dans une région qui représente environ un tiers du territoire de l’État d’Israël. Cinq divisions, dont une organique et deux de réserve, lui sont subordonnées. La mission des divisions est de faire régner la loi et l’ordre dans leur zone d’action. Chaque division comprend plusieurs brigades qui sont chacune responsables de la sécurité dans une grande ville palestinienne et ses alentours.

Le Commandement de la Région Centre est en charge de nombreuses brigades organiques bien connues, dont les brigades Nahal, Parachutiste et Kfir du Corps d’Infanterie, et la 401ème Brigade du Corps Blindé Mécanisé. Il est également responsable de nombreuses unités spéciales, telles que l’unité ‘Douvdevan’ et l’unité ‘Maglan’.

Lors de la Guerre d’Indépendance, ce commandement régional était responsable de la lutte contre la Jordanie, et il a principalement œuvré à la libération de la route de Jérusalem (permettant de lever le blocus de Jérusalem et de ravitailler la population), à la conquête de Lod, Ramleh et du « Petit Triangle ». Pendant la Guerre des Six Jours, il était responsable de prendre la région de Judée-Samarie à la Jordanie et des forces du commandement (en particulier la Brigade Parachutiste) ont même réussi à conquérir Jérusalem-Est et le Mur Occidental. Depuis la Première Intifada, le Commandement de la Région Centre se focalise principalement sur la lutte antiterroriste et la destruction des infrastructures des groupes terroristes en Judée-Samarie.

Suite au plan de désengagement de Gaza en 2005, la région de Judée-Samarie est la seule région où des forces de Tsahal sont stationnées de façon permanente. Les soldats de Tsahal opèrent sur de vastes territoires dans la zone, afin d’éliminer les infrastructures des groupes terroristes et de protéger les résidents et les citoyens de l’État d’Israël.

1
Juin

Amiral Ram Rothberg, Commandant de la Marine Israélienne

L'Amiral Ram Rothberg, Commandant de la Marine

  • 1982 : Rothberg s’engage dans l’armée israélienne et sert comme combattant puis comme officier dans les Forces Spéciales de la Marine, le Commando d’élite Shayetet 13.
  • 1992 – 1994 : Il est nommé commandant de l’unité ‘Douvdevan’, unité d’élite des forces terrestres de l’armée israélienne.
  • 1994 – 1997 : Au cours de cette période, il occupe le poste de Commandant d’un bateau lance-missile puis de Commandant d’une Compagnie d’instructeurs.
  • 1997 – 2001 : Il devient Commandant d’une Compagnie de combattants du Commando d’élite Shayetet 13, puis Vice-commandant de l’unité.
  • 2001 à 2004 : Ram Rothberg devient le Commandant des Forces Spéciales de la Marine, le Commando Shayetet 13. Il dirige certaines de ses plus célèbres opérations comme le raid sur le Karin-A, un navire intercepté dans la Mer Rouge alors qu’il transportait 50 tonnes d’armes dans 80 conteneurs qui étaient destinés à l’Autorité Palestinienne.
  • 2004 – 2007 : Il sert ensuite comme Commandant de la Branche des Renseignements de la Marine et accède au grade de Colonel pendant la Deuxième Guerre du Liban (2006). Le Chef d’État-major de l’époque Dan Halutz l’avait réprimandé suite à  l’attaque de la corvette Hanit. Un missile iranien avait été tiré par des terroristes du Hezbollah sur le Navire Hanit, alors que l’équipage du bateau ne savait pas que  les terroristes possédaient de tels missiles. Cette frappe a causé la mort de quatre soldats israéliens qui se trouvaient sur le bateau.
  • 2007 – 2009 : Il accède ensuite au rang de Contre-Amiral (Général de Brigade) et devient Commandant  de la base de la Marine située Haïfa. Ces dernières années, Rothberg a également servi dans le conseil national de sécurité.
  • 2011 : Rothberg est nommé Amiral (Général de Division) et Commandant de la Marine Israélienne en remplacement de  l’Amiral Eliezer Marom.

Anciens Commandants de la Marine

L’Amiral Eliezer Marom

31
Mai

Unités d’Élite Indépendantes

Au Sujet de > Unités de Tsahal > Forces Armées > Forces Terrestres > Corps d’Infanterie > Unités d’Élite Indépendantes

Unité d’Alpinisme

Unité Douvdevan

Unité Egoz

Unité Oketz

31
Mai

Corps d’Infanterie

Au Sujet de > Unités de Tsahal > Forces Armées > Forces Terrestres > Corps d’Infanterie

Le Corps d’Infanterie a pour tâche d’accomplir aussi bien des missions spéciales que des missions de routine visant à assurer la sécurité de l’État d’Israël et de ses résidents. Le corps est divisé en 5 brigades : la Brigade Golani, la Brigade Givati, la Brigade Nahal, la Brigade Kfir et la Brigade Parachutiste (l’admission dans cette dernière brigade se fait sur la base du volontariat). Chacune des unités appartenant au Corps d’Infanterie propose un entraînement spécifique et a ses propres conditions d’admission.

Cliquez ici pour en savoir plus sur la mission et la structure du Corps d’Infanterie.

Brigade Givati

Brigade Golani

Brigade Kfir

Brigade Nahal

Brigade Parachutiste

Bataillons Indépendants

Unités d’Élite Indépendantes