Aller au contenu principal

18 avril 2012

Les terroristes de l’accord Shalit ne devaient-ils pas cesser toute activité terroriste ?

par Tsahal - Armée de Défense d'Israël

Omar Abu-Snina, un terroriste du Fatah, avait été condamné à la prison à vie pour assassinats et pour son implication dans de nombreuses activités terroristes. Alors qu’il est toujours en prison, Abu-Snina s’affilie aux terroristes du Hamas. Né en 1981 à Hébron, Omar Abu-Snina avait été relâché en octobre 2011 dans le cadre de l’accord Shalit et était retourné dans la bande de Gaza.

Relâché dans le cadre de l’accord Shalit, il planifie déjà un enlèvement de soldat israélien

Récemment, Abou Sanina a fait parvenir à sa famille en Judée-Samarie une clé USB comportant des instructions détaillées sur la « méthode à adopter » pour enlever efficacement un soldat israélien. Ces informations étaient destinées aux terroristes du Hamas qui avaient été chargés de son recrutement. La clé USB a été interceptée par l’Agence de Sécurité Israélienne et contenait des informations très précises.

Terroristes du Hamas célébrant leur libération

« Il faut éviter de cacher [le soldat enlevé] dans les lieux déserts, comme des grottes ou des forêts, à moins qu’il s’agisse de son corps ou de sa tête coupée. Si le soldat est en vie, il devra être visité au moins une fois par semaine pour le nourrir. Il est préférable de le cacher dans une maison, une ferme ou un lieu de travail. Les armes et les explosifs nécessaires devront être préparés à l’avance dans la plus grande discrétion. Il est possible de se procurer les armes chez l’ennemi, en utilisant des armes froides comme des couteaux ou des lames. La première étape consiste à réunir une petite équipe, à la former et à fournir à chaque membre les armes et l’équipement nécessaires.Il ne faudra communiquer autour de l’enlèvement que lorsque vous aurez la certitude que l’opération est réussie et seulement via des messages codés. Il ne faut en aucun cas parler clairement de l’enlèvement et donner des détails précis via des moyens de communication mais uniquement en face à face. La dernière étape de l’opération est l’annonce officielle par le Conseil militaire suprême. « 

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :