Aller au contenu principal

2 avril 2012

1

Une armée de Start-Up ou quand Tsahal et la high-tech israélienne se rencontrent

par Tsahal - Armée de Défense d'Israël

Découvrez l’histoire de Raphaël, tout juste sorti des unités d’élite de haute technologie de Tsahal et qui a su monter une start-up florissante. 

Le jour où Raphaël Ouzan termine ses cinq ans de service dans une unité d’élite de la Branche des Renseignements, il décide de monter sa propre entreprise. Le soir avant sa libération, il donne rendez-vous à un de ses meilleurs amis, Yaron Samid, et ensemble ils décident de créer leur propre entreprise dans le domaine de la haute technologie.

Durant les premiers jours, l’entreprise ne compte que cinq employés et parmi eux, deux avaient fait leur service militaire dans la même unité que Raphaël.

L’année dernière, leur entreprise Billguard a réussi à lever 3 millions de dollars de fonds et a gagné la deuxième place lors d’une compétition entre start-up «Techcrunch Disrupt».

Billguard est essentiellement une entreprise qui développe des anti-virus pour les cartes de crédit. Le logiciel scanne les transactions des cartes de crédit et trouve les erreurs techniques ainsi que les fraudes. La technologie se base sur un algorithme unique qui surveille les forums, les réseaux sociaux et sites internet et analyse les transactions au comportement «suspicieux».

Raphaël Ouzan et Yaron Samid

Yaron Samid et Raphaël Ouzan, fondateurs de "Billguard"

 Vous vous demandez sûrement quel est le lien entre la protection des cartes de crédit et l’armée israélienne?

Raphaël Ouzan, directeur des services technologiques de Billguard nous explique :

 «J’ai appris énormément de chose dans ce domaine lors de mon service militaire. Toutes les quelques heures, nous nous asseyions et faisions une évaluation de la situation en analysant où nous nous trouvions et vers où nous voulions aller. Cela aide réellement à apprendre à travailler.»

Alors de quelle manière le service militaire vous a aidé à aller de l’avant? Et pourquoi deux des cinq premiers employés de l’entreprise venaient de la même unité ?

 «L’armée est un moyen excellent pour forger une personnalité. Ça vous apprend à être innovant et vous aide à obtenir de l’expérience dans des domaines très intéressants. Dans une entreprise start-up ou à l’armée, il règne toujours une part d’incertitude, des défis nouveaux et imprévisibles. Les choses changent et elles changent vite. Dans le cours de formation que j’ai suivi à l’armée, j’ai rencontré les personnes les plus incroyables au monde»

 L’avenir s’annonce en prometteur pour Billguard. L’entreprise à remporté un prix à «Finovate 2011», un salon présentant les meilleurs innovations en matière de technologie financière, et les affaires sont florissantes. Mais cela n’est pas suffisant pour Raphaël. Toujours entrepreneur, il travaille déjà sur un autre projet visant à aider l’industrie israélienne.

 « ‘‘Mission Intelligence’’ est un projet que j’ai commencé il y a 18 mois », raconte-t-il. « J’ai pour but d’amener des gens du monde entier au sein des unités de haute technologie de l’armée israélienne. L’armée entraîne à l’excellence et je veux en faire la promotion ».

Raphaël, en quoi consiste exactement ton projet? 

 «Les candidats potentiels commenceront avec une formation 10 mois à l’étranger, chacun dans leur pays natal. Ils feront des stages dans des start-up. Seuls les meilleurs réussiront à rentrer dans l’armée. Les plus brillants et les plus créatifs seront recrutés. Aucune université ne peut donner une expérience comme celle de l’armée israélienne. Ce que je veux avec ce projet, c’est que dans cinq ans, certaines unités de Tsahal soient l’équivalent de l’université de Stanford pour Israël.»

Mission Intelligence

Le site internet du projet "Mission Intelligence"

Raphaël n’est pas né en Israël. A l’âge de 16 ans, il a fait son «Alya» de France, sa montée en Israël, et est resté depuis.

 «Israël est un pays si petit et si jeune. Même les Israéliens l’oublient parfois. Israël est la vraie aventure parce qu’ici chaque petite chose peut faire la différence. Ouvre une tente dans la rue et tu peux faire la différence. Je suppose que j’ai juste envie de faire partie de cette histoire.»

Advertisements
Un commentaire

Rétroliens & Pings

  1. Une armée de Start-Up ou quand Tsahal et la high-tech israélienne se rencontrent | CYBERSION

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :