Aller au contenu principal

1 avril 2012

Jénine : l’ancienne capitale du terrorisme palestinien prospère

par Tsahal - Armée de Défense d'Israël

Qu’est devenue la capitale palestinienne du terrorisme de la Seconde Intifada, 10 ans après l’Opération Rempart ? Jénine, 2012, : une ville d’agriculture et de commerce sillonnée par quelques 5000 voitures  appartenant pour la plupart à des arabes israéliens qui viennent faire leurs courses dans les supermarchés de la ville et profitent des terrasses de café et de restaurants dont elle recèle.

Il y a 10 ans, l’atmosphère à Jénine était toute autre, beaucoup plus sombre. Dans les rues étaient placardées des affiches de propagande à l’effigie des « martyrs » qui avaient massacré des Israéliens. Des terroristes se promenaient dans les rues, fusils à la main, pour rejoindre leurs cellules terroristes, actives jour et nuit dans le but de préparer de nouvelles attaques terroristes en Judée-Samarie et en Israël. Peu à peu, Jénine avait été rebaptisée « capitale du terrorisme ».

Le 29 mars 2002, alors qu’Israël est victime d’une vague d’attentats terroristes extrêmement meurtriers, et deux jours après l’attentat du Park Hotel qui avait fait 30 morts, Tsahal lance l’Opération Rempart. La terreur s’implante dans la plupart des villes palestiniennes et Jénine était devient le cœur de ces activités.

C’est dans cette ville que les soldats israéliens ont essuyé les combats les plus difficiles et le plus grand nombre de pertes depuis des années. Même si l’opération a contribué à affaiblir les groupuscules terroristes à Jénine de manière significative, ceux-ci ont continuent néanmoins leurs activités pendant des années.

Jénine, aujourd’hui : un centre commercial, un grand amphithéâtre, un parc d’attractions. Les rues sont sûres, paisibles, les seules personnes armées se promenant dans les rues sont des palestiniens tandis que les affiches publicitaires attirent l’attention des passants sur des chanteurs de renommée locale plutôt que sur des terroristes.

Le cinéma de Jénine - Source : The Guardian

Néanmoins, 10 ans après l’Opération Rempart qui a permis de porter un coup sérieux aux infrastructures terroristes à Jénine, les soldats Brigade Menashe, responsables de la sécurité dans la zone, maintiennent que le terrorisme n’a pas totalement été anéanti dans la région : « Nous sommes toujours en alerte, dans le cas où une attaque aurait lieu« , explique un officier de la brigade.

Il y a 10 ans: « Jenine », la capitale du terrorisme

Pendant les années sombres de la Seconde Intifada, les terroristes de Jénine avaient plus de sang sur les mains que ceux de n’importe quelle autre ville palestinienne. En 2005, 31 terroristes de Jénine ont mené des attaques terroristes en plein cœur du territoire de l’État d’Israël, tuant 135 Israéliens. A l’époque, la Division de Judée-Samarie estime que près de 700 fusillades ont éclaté dans la zone. Aujourd’hui, il est devenu rare d’entendre qu’une attaque émane de Jénine et sa périphérie.

Cette amélioration de la situation sur le plan sécuritaire est le fruit de plusieurs facteurs. En plus de l’Opération Rempart et de l’édification de la clôture de sécurité au nord de la Judée-Samarie, ces changements ont été permis grâce au renforcement des infrastructures palestiniennes à Jénine dès le milieu des années 2000 et des liens entre les forces de sécurité palestiniennes et israéliennes dans la région.

« Si l’on regarde comment la situation a évoluée, on s’aperçoit que la ville de Jénine n’est plus ce qu’elle était avant, » a déclaré le Vice-commandant de la Branche de Communication et de Coordination de l’Administraiton Civile à Jenine, le commandant Khiyuf Samir, « Il y a une grande différence entre la place de la police palestinienne aujourd’hui et celle qu’elle occupait par le passé,  et son statut et son influence continueront de se renforcer. »

Les responsables de la Brigade Menashe sont satisfaits de la coopération israélo-palestinienne. « Le nombre d’opérations menées par Tsahal à Jénine a diminué de manière drastique, mais l’armée et les services de sécurité continuent de déjouer les plans des terroristes avant qu’ils ne soient exécutés.« 

Croissance économique

La vie des civils de Jénine s’est nettement améliorée. Grâce au soutien des États-Unis, de l’Autorité Palestinienne et d’Israël, des efforts ont été déployés en 2008 pour renforcer significativement le contrôle de l’Autorité Palestinienne sur la région. Des points de passages ont été démantelés pour faciliter la vie des habitants de la région. Le taux de chômage a diminué de moitié. L’économie de Jénine est basée sur l’agriculture, le commerce et le travail en usine dont les productions s’exportent principalement vers les marchés israéliens. Des investissements dans les domaines de l’environnement et de l’infrastructure ont également été effectués.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :