Aller au contenu principal

26 mars 2012

Le Hamas s’en prend physiquement à la liberté de la presse

par Tsahal - Armée de Défense d'Israël
Mariage en plein air à Gaza

Il y a trois semaines, trois journalistes ont été battus par des terroristes du Hamas alors qu’ils couvraient un grand mariage à Gaza. L’International Press Institute (IPI), une organisation mondiale dont le but est de promouvoir et de protéger la liberté de la presse et de veiller à l’amélioration des pratiques journalistiques, a entrepris une enquête plus approfondie sur les circonstances de l’incident.

Mohammed Mashharawi (Sky News), Adnan al-Dorosh (BBC Arabic) et Amer Abu Omar ont été victimes d’une agression en pleine rue lors de leur dernier reportage.

Le journaliste Mashharawi arrêté par les forces de sécurité du Hamas

Le journaliste Mashharawi arrêté par les forces de sécurité du Hamas

L’International Press Institute (IPI), une organisation mondiale dont le but est de promouvoir et de protéger la liberté de la presse et de veiller à l’amélioration des pratiques journalistiques, a entrepris une enquête plus approfondie sur les circonstances de l’incident et est entré en contact avec Sami Sahmoud, correspondant pour Sky News et ami de Mahharawi.

Sahmoud a expliqué que les tensions étaient apparues lors du mariage lorsque les forces de sécurité du Hamas sont entrées en confrontation directe avec les journalistes, pour les empêcher de filmer certaines moments du mariage. Mashhrawi a d’abord tenté de calmer le jeu verbalement, mais les forces de sécurité du Hamas ont rapidement coupé court au dialogue. Les journalistes ont été subitement exclus manu-militari, et ont quitté les lieux sous les coups des agents de sécurité du Hamas.

Mariage en plein air à Gaza. Source: Reuters/Suhaib Salem

Mariage en plein air à Gaza. Source: Reuters/Suhaib Salem

Mashharawi est le seul des trois journalistes à avoir été frappé au visage et à la poitrine. Il a ensuite été détenu pendant plus d’une heure dans une cellule obscure, à moitié nu. Le ministère de l’Intérieur du Hamas dans la bande de Gaza a lui-même reconnu les faits et le caractère violent du traitement réservé aux journalistes.

Ce n’est pourtant pas la première fois que le Hamas emploie la force pour censurer et limiter la liberté de la presse dans la bande de Gaza. En novembre dernier par exemple, deux journalistes avaient été arrêtés par des terroristes du Hamas qui avaient fait irruption dans leur maison. Au mois de mars 2011, le Hamas avait également attaqué les sièges de CNN et de Reuters à Gaza.

Toujours dans le même esprit, Hasan Abu Hashish, le chef du bureau de relation avec la presse et des médias du gouvernement du Hamas, a décidé de censurer le programme « Nouvelle Star« , en le qualifiant d’«indécent».

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :