Aller au contenu principal

1 mars 2012

5

« Jeter les Sionistes à la mer », tout en restant politiquement correct

par Tsahal - Armée de Défense d'Israël

Les branches politique et militaire sont les deux principales branches du Hamas. Il s’agit en fait d’une seule et unique entité terroriste : sans les capacités de la branche politique, les factions militaires ne peuvent pas fonctionner, et vice versa. Nous décortiquons ici la structure de l’organisation terroriste, afin de mettre en évidence le rôle de chacun de ses dirigeants.

« Il n’est pas possible de dissocier les ailes du corps, ou bien le corps ne peut plus voler », Sheikh Ahmed Yassin (Reuters, 27 mai 1998).

La branche politique est dirigée par Khaled Meshaal depuis Damas en Syrie

Meshaal contrôle :

  • Les officiels du Hamas à Gaza
  • Les officiels du Hamas en Judée-Samarie
  • Et les cellules du Hamas à l’étranger, comme celle implantée en Iran

Le chef de la branche militaire du Hamas est Ahmed al-Jabari

En arabe, les factions militaires sont appelées Brigades Ezzedeen al-Qassam et sont basées dans la bande de Gaza. La branche militaire d’Al-Jabari est surbordonnée au commandement des officiels du Hamas à Gaza qui sont dirigés par Ismail Haniyeh, dont les faits et gestes sont eux contrôlés par Meshaal, le chef de la branche politique.

Depuis la capitale syrienne, Meshaal prend toutes les décisions, qu’elles soient d’ordre administratif, politique ou social. Il est aussi responsable de rassembler des fonds et des armes pour la branche militaire de l’organisation terroriste à Gaza. Ismail Haniyeh est le maillon intermédiaire de la chaîne qui permet de lever des fonds et de collecter des armes en Syrie à destination des terroristes de Gaza.

Khaled Meshaal (à gauche), Ahmed al-Jabari (à droite), les chefs des branches politique et militaire du Hamas posent ensemble.

Ahmed al-Jabari quant à lui, est largement dépendant d’Haniyeh en raison de sa proximité avec le bureau politique installé à Damas. Grâce à cette chaîne, le stock d’armes et d’argent de la branche militaire contrôlée par al-Habari est continuellement renfloué et ne diminue jamais.

Le but des factions militaires : « jeter les sionistes à la mer« 

Les Brigades Ezzedeen al-Qassam ont clairement fait savoir que leur but était de « jeter les sionistes dans les profondeurs de la méditerranée. » D’ailleurs, elles ont déjà multiplié les attaques et les actions dans ce sens. On peut citer comme exemples l’attentat du restaurant de Haïfa en 2003, dans lequel 20 Israéliens sont tués ou encore le carnage du Park Hotel à Natanya en 2002 dans où 30 Israéliens trouvent la mort. En outre, des roquettes sont quotidiennement tirées depuis Gaza sur Israël. En 2011, 627 roquettes au total se sont abattues sur le sud du pays et depuis le début de l’année 2012, 56 roquettes ont été déjà tirées sur Israël, c’est en moyenne une roquette par jour.

Al-Jabari et ses brigades ne prennent pas uniquement pour cibles des civils, mais également des soldats israéliens comme Gilad Shalit.

Gilad Shalit a été capturé en 2006 par des terroristes du Hamas qui s’étaient infiltrés à la frontière avec Gaza par un tunnel de contrebande, et a été leur otage pendant plus de cinq ans jusqu’à sa libération le 18 octobre dernier. Les factions armées du Hamas continuent de collaborer avec leur allié politique, un allié vital qui permet le financement de ses activités terroristes qui ont déjà causé la mort de plus 1365 civils israéliens.

Sans les officiels du Hamas à Gaza, les Brigades Ezzedeen al-Qassam ne pourraient pas fonctionner. Ismail Haniyeh s’est assuré qu’une dose suffisante d’argent, d’armes et de propagande sont injectées dans les factions militaires de l’organisation terroriste.

Ahmed al-Jabari (à droite) et Mahmoud al-Zahar (au centre)

Troisième axe : la propagande

Al-Aqsa TV, la chaîne de télévision officielle du Hamas, a déjà fait un excellent travail . Ses programmes pour enfant par exemple contribuent à promouvoir les activités terroristes du Hamas , et incitent les Gazaouis dès leur plus jeune âge à se joindre à la résistance armée et violente contre Israël.

Pour Haniyeh et son administration, la propagande et ses factions militaires ont une importance similaire. Par ailleurs, la branche militaire  et Al-Aqsa TV ne pourraient pas fonctionner sans le maillon manquant de la chaîne, à savoir la branche politique et décisionnelle.

En résumé, le Hamas est une seule et unique entité. Sa propagande, ainsi que sa machine politique et militaire fonctionne selon la même logique à tout moment. Si l’une de ses ailes était altérée, « le Hamas ne pourrait plus voler.« 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :