Aller au contenu principal

29 février 2012

1

Retour vers le futur : les véhicules sans pilote de Tsahal

par Tsahal - Armée de Défense d'Israël

Les véhicules sans pilote, dans l’air, sur terre ou sous l’eau, sont devenus indispensables pour surveiller les activités de l’ennemi. Leur principal atout : ils permettent de voir sans être vu. Ces robots sont contrôlés à distance par des soldats dont la vie est protégée. A travers le regard d’officiers de Tsahal, experts en la matière, découvrez ou redécouvrez deux  véhicules sans pilote développés et fabriqués en Israël, et déployés aux frontières du pays.

L’ennemi vu du ciel : le drone Eitan

Le Eitan a été développé en Israël et révélé pour la première fois au public en 2007. En 2010, l’armée de l’air a finalement introduit le drone  Eitan, une version plus récente du Heron. Le Eitan a une envergure de 26 mètres, presque équivalente à celle d’un Boeing 737. Ce drone est capable d’effectuer des missions de longue portée et peut rester en l’air pendant 36 heures sans interruption. Le Eitan peut voler à 40 000 pieds, transporter 1000 kg d’équipement et il pèse 5 tonnes. Il a été conçu pour transporter différents types d’équipement et est donc utilisable pour remplir un grand nombre de missions. Il résiste à toutes les conditions météorologiques. Équipé d’un système automatique de dégivrage, un système de décollage et d’atterrissage et une multitude de capteurs qui peuvent lui être intégrés.

Le drone Eitan

« Une grande partie des vols de l’armée de l’air effectués dans le cadre d’opérations sont assurés par les drones, la majorité même. A tout moment, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, des drones de l’armée israélienne sont en activité, » a déclaré le Lieutenant-colonel Ido, Commandant du Centre de Formation aux Véhicules sans Pilote de l’Armée de l’Air Israélienne.

« Les soldats responsables de faire fonctionner les drones sont soigneusement sélectionnés. En moins d’une seconde, ils prennent des décisions décisives où la vie et la mort sont en jeu. Ils doivent faire la différence entre des terroristes, des femmes, des enfants, et nos soldats. Ils travaillent depuis une salle sécurisée, et ils ne sont pas plus exposés au danger qu’une personne qui se balade sur une plage de Tel Aviv. Ce type de responsabilité exige un profond sens des valeurs : ils savent distinguer le bien du mal. »

Le meilleur ami de l’homme : le Guardium

Le véhicule sans pilote Guardium est un système autonome d’observation et d’interception, développé et fabriqué en Israël. Il est basé châssis de Tomcar, un véhicule tout-terrain de fabrication israélienne, capable de transporter des charges de 300 kg dont un grande variété de matériel électronique, d’armes et de systèmes de défense. Il peut être actionné depuis un centre de commande, et il est capable de patrouiller sur des routes préablement déterminées sans intervention humaine. Dans le cas où il identifie une activité suspecte, il dispose d’une multitude d’options pour retenir les éléments suspects jusqu’à l’arrivée des soldats. Ses nombreux capteurs, ses microphones, ses haut-parleurs puissants et ses deux radios, sans oublier sa vitesse pouvant atteindre les 80 km/h font de lui un partenaire très fiable, capable d’effectuer des patrouilles dans des zones particulièrement dangereuses.

Le Guardium

Les soldats qui contrôlent ce véhicule sans pilote peuvent eux rester à l’abri, loin derrière les lignes ennemies. Ils peuvent ainsi garder leur sans froid puisque leur vie est protégée, et aborder de la meilleure la plus professionnelle et la plus efficace des situations critiques. Libérés d’une bonne dose de pression, les soldats peuvent calculer et réfléchir plus calmement et prendre la bonne décision. Ainsi, cette distance par rapport au champ de bataille protège les soldats, mais aussi la vie de civils innocents.

Publicités
Un commentaire

Rétroliens & Pings

  1. Photo du jour – Le Guardium | Armée de Défense d'Israël

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :