Aller au contenu principal

28 février 2012

Une barrière physique et technologique à la frontière égyptienne : Tsahal accélère son projet « Sablier »

par Tsahal - Armée de Défense d'Israël

Le projet « Sablier »  consiste en l’édification d’une barrière qui va être construite le long de la frontière israélo-égyptienne. Une série d’obstacles physiques et technologiques, qui protègeront Israël des menaces terroristes  qui pèsent sur la région et des tentatives d’infiltration.

La frontière qui sépare Israël et l’Égypte s’étend sur plus de 200 km.  Jusqu’à récemment, la zone était considérée comme particulièrement sûre, et la frontière ne consistait que d’un fil barbelé séparant les deux pays. Cette situation, rendue intenable par l’augmentation des infiltrations au cours des dernières années, a brutalement changé en août dernier. A l’été 2011, le 18 août, des terroristes infiltrés de Gaza dans le Sinaï traversent la frontière et attaquent à l’arme automatique et à l’explosif des bus sur la route frontalière. Ils assassinent 8 civils israéliens.

Frontière israélo-égyptienne

Ces derniers jours, deux sacs contenant des engins explosifs ont été découverts et des suspects qui tentaient de s’infiltrer en territoire israélien ont été identifiés à la frontière égyptienne.

Alors qu’Israël se retire de la bande de Gaza en 2005, la crainte de voir le nombre de terroristes originaires de la bande de Gaza s’infiltrer en Israël via le Sinaï est très forte. De plus, le gouvernement israélien souhaite trouver une solution durable afin de stopper la contrebande à sa frontière sud. Ainsi, en 2005, Israël prend la décision de mettre en oeuvre le projet « Sablier ».

En raison de la montée des tensions dans la zone ces derniers mois, Tsahal a décidé d’accélérer considérablement les travaux afin d’achever le projet rapidement.

Selon des représentants du Commandement de la Région Sud, avec le temps, les terroristes ont de plus en plus considéré la possibilité de s’infiltrer en Israël par le Sinaï, en se faisant passer pour de simples commerçants.

Toujours pour ces responsables militaires, cette route est désormais la solution la plus utilisée par les terroristes.

Certains choisissent de se cacher dans des autobus, d’autres traversent toujours la frontière à pied.

En plus de contrecarrer les tentatives d’infiltrations terroristes depuis le Sinaï, le projet « Sablier » devrait également permettre d’empêcher les trafics d’armes et de drogues à la frontière.

« Nous avons décidé de modifier l’ordre établi avec notre ‘Sablier’. Si les contrebandiers ont pu pratiquer leurs activités illégales ces dernières années sans être génés, nous luttons désormais contre eux. Pour Tsahal, ce type d’activité criminelle s’apparente à des activités terroristes dans tous les cas »,  a déclaré à notre équipe un officier militaire.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :