Aller au contenu principal

23 février 2012

Confessions de la famille de l’attaché militaire israélien à Rome

par Israel Defense Forces

Quelques jours après les attaques et les tentatives d’attentat visant le personnel diplomatique israélien, Tsahal a demandé à ses attachés militaires à travers le monde de redoubler de prudence. Aujourd’hui le site en français a décidé de s’intéresser de plus près à la vie des attachés militaires de Tsahal, et notamment au Colonel Yehu Ofer, installé avec sa famille dans le cadre de ses fonctions en Italie.

«C’est un peu grâce à moi que nous sommes partis, j’ai toujours voulu voyager», nous explique fièrement Eyal, 12 ans, le fils de l’ancien Commandant de la base aérienne de Sdé Dov. Un jour, alors que je rentrais de l’école, mon frère Yuval m’a annoncé la nouvelle : «Eyal, nous déménageons en Italie.»

«J’ai sauté sur lui comme un fou, j’étais tellement excité que je ne pouvais retenir mes cris», se souvient le jeune garçon. L’été dernier, toute la famille quitte Mishmeret, un village du centre d’Israël, où Eyal a grandi pour Rome. Son père, le Colonel Yehu Ofer, avait obtenu une nouvelle affectation : attaché militaire et représentant du Ministère de la Défense en Italie.

Arrivederci Israël !

Eyal et ses parents devant l'Arc de Titus, érigé à Rome par l'Empereur Domitien pour commémorer la victoire des légions romaines sur les révoltes juives du Ier siècle après J.C. On peut apercevoir sur l'Arc les Romains s'emparer de la Menorah (Chandelier traditionnel) qui se trouvait dans le Temple de Jérusalem.

Les premiers temps ne sont pas  faciles pour cette famille Israélienne fraîchement installée à Rome.

Eyal fait sa rentrée dans une école américaine. Il apprend peu à peu l’anglais et l’italien.

«J’étudie avec des gens venant des quatre coins du monde, de Chine, de Corée et du Japon mais aussi beaucoup d’Américains et d’Italiens», explique-t-il, «j’ai également un ami italien d’origine syrienne et un autre camarade, Muhammad, qui arrive de Malaisie.»

Depuis que Eyal est né, son père Yehu occupe des postes à haute responsabilité dans l’armée de l’air israélienne. D’abord commandant d’escadron, puis  Commandant d’une base aérienne, Yehu ne compte plus les heures qu’il a passées à voler dans le ciel d’Israël.

Sous le ciel romain

Eyal, en compagnie de l'ambassadeur israélien en Italie, Son Excellence Gideon Meir, et de son père Yehu, attaché militaire de l'ambassade

«Ici, il y a quatre vrai saisons et la mode s’en ressent. Ce n’est pas comme en Israël où il y a l’été et un petit hiver.»

«Pour Hannoukah, toute la famille a été conviée à une réception donnée à l’ambassade d’Israël», se souvient Eyal. «J’ai allumé la première bougie du chandelier». C’est au moment des fêtes que le pays lui manque le plus.

Ce départ en Italie a apporté son lot de nouveautés et de découvertes, que ce soit le fait d’habiter une grande ville, de goûter à une toute autre gastronomie, ou de pouvoir profiter pendant des semaines entières de l’épaisse couche de neige qui recouvre la ville.

Ce n’est pas pour autant qu’Eyal oublie d’où il vient.

«Chaque fois que nous parlons d’Israël, je me souviens de Mishmeret. C’est notre village, notre maison.»

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :