Aller au contenu principal

22 février 2012

3

Khader Adnan, militant palestinien ou terroriste jihadiste? A vous de juger

par Tsahal - Armée de Défense d'Israël

Le cas de Khader Adnan a été rapporté par tous les journaux. En détention administrative en Israël en attendant son procès, il a mené une grève de la fin qui a ému les médias internationaux. Un accord entre son avocat et le procureur en charge du dossier va permettre la libération de celui qui récemment encore appelait au meurtre. A l’explosif, à l’arme automatique, pourvu que meurent des Israéliens.

Khader Adnan : "Qui parmi vous sera le prochain terroriste kamikaze? "

Dans le système de justice militaire, la détention administrative est un outil permettant de détenir des Palestiniens impliqués dans des actes de terrorisme ou considérés comme particulièrement dangereux, avant la tenue de leur procès. Ce type de mesure est notamment appliqué lorsque l’exposition des preuves retenues contre les individus détenus pourrait mettre en danger les sources ayant conduit à leur arrestation.

Khader Adnan, un porte-parole de l’organisation terroriste palestinienne du Jihad islamique, est arrêté à son domicile. Les charges retenues contre lui pointe le danger réel posé par sa remise en liberté pour la Judée-Samarie. Il est placé en détention administrative, dans l’attente de son procès.

Porte-parole du Jihad islamique

L’organisation du Jihad islamique est responsable de l’assassinat de plusieurs centaines de civils israéliens durant les années de la seconde intifada, et continue ses activités terroristes à la fois en Judée-Samarie et à Gaza. Sa branche armée, surnommée « Brigades Al-Quds », a commis des attentats horrifiques, certains parmi les plus funestes de ces dernières années en Israël.

Parmi elles, une attaque à la ceinture explosive sur un marché de la ville de Hadera, au nord de Tel Aviv. Un kamikaze palestinien recruté par le Jihad islamique, Hasan Abu Zeid, ceinturé d’explosifs, détonne sa charge mortelle parmi les civils la veille d’une fête juive, et tue 7 israéliens. On compte 55 blessés, dont plusieurs dans un état grave. Khader Adnan justifie alors chacun de ces meurtres.

Mise en détention administrative

Après sa mise en détention administrative, Khader Adnan entame une grève de la fin. Une campagne médiatique menée par le Jihad islamique et reprise par divers organisations palestiniennes fait pression sur Israël pour réclamer une libération sans condition ni procès. Son cas émeut de nombreux médias internationaux, qui se fond l’écho de sa cause. L’Autorité Palestinienne, qui elle-même avait fait emprisonner Khader Adnan dans le passé, a réclamé sa libération.

Sur twitter, des journalistes prominents d’agences de presse prestigieuses ont repris les communiqués d’organisations palestiniennes, déplorant notamment la difficile situation de l’épouse de Khader Adnan et celle de ses enfants. Décrit comme la victime d’un système rigide, Khader Adnan est devenu l’objet d’une nouvelle campagne contre Israël et Tsahal. Mais est-il le simple militant décrit par ceux qui l’ont soutenu, ou plutôt un des dirigeants d’une organisation jihadiste? A vous de juger.

Un accord entre le procureur et son avocat implique que Khader Adnan sera libéré en avril prochain.

A vous de juger

En octobre 2007, à l’enterrement d’un des commandants des « Brigades Al-Quds » (branche armée du Jihad islamique), Khader Adnan exhorte la foule au meurtre. 

« Faites trembler la terre, Brigades Al-Quds, frappez fort! »

« Qui parmi vous sera le prochain Hasan Abu Zeid (terroriste de l’attaque de Hadera)? »

« Qui parmi vous sera le prochain terroriste kamikaze? Qui parmi vous portera la prochaine ceinture explosive? Qui tirera les prochaines balles? Qui explosera son corps en lambeaux? »

Alors : terroriste ou simple « activiste »?

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :