Aller au contenu principal

19 février 2012

« Cygne Noir » : nom de code de la nouvelle épreuve du cours d’officier de Tsahal

par Israel Defense Forces

Cet exercice a été créé pour tester le comportement des apprentis officiers sous pression. C’est l’un des principaux changements et améliorations à venir au sein de l’Académie des Officiers de Tsahal.


Cadets diplômés du dernier cours de l’Académie des Officiers de Tsahal 

L’Académie des Officiers de Tsahal va examiner un certain nombre de changements et d’améliorations à prochainement intégrer au cours d’officier. Ces nouvelles épreuves reposent sur l’ajout d’un seul exercice, qui sera le premier dans son genre dans Tsahal.

L’exercice «Cygne Noir» («Black Swan») va obliger les cadets à réagir face à des situations extrêmes et surprenantes qui seront en développement constant, et ce durant une période indéterminée.

L’exercice a été introduit lors du précédent cours d’officier. Il s’agit du premier exemple d’une série de tests et d’exercices qui vont changer le visage de cette formation. En particulier, le cours destiné aux soldats stationnés sur les frontières verra de nouveaux entraînements, de nouveaux exercices et des mises à jour afin de répondre aux exigences d’un champ de bataille en constante évolution. Les modifications visent à améliorer et à rationaliser le processus censé tirer le meilleur de ceux qui constituent le «rempart de la société israélienne».

En novembre, des panneaux solaires ont été installés à l’Académie (base de Bahad Ehad) dans le cadre d’un vaste plan destiné à accroître l’utilisation d’ «énergie verte» dans l’armée. Toutefois, le Lieutenant-colonel Itamar Kapach, Vice-commandant de l’Académie, souligne que l’objectif de ces installations à long terme est de mettre en accord le lieu d’entraînement avec les valeurs de Tsahal – afin que l’armée puisse intégrer au mieux les nouvelles générations d’officiers.

Le Lieutenant-colonel Kapach fait remarquer que «notre but le plus important est que l’esprit et les valeurs de Tsahal soient transmises à nos officiers, qui les transmettront à leurs soldats au sein de leurs unités. Je crois que ces changements et améliorations que nous mettons en oeuvre dans les classes, pendant les conférences ou les tests, nous aident à nous rapprocher de cet objectif primordial.»

Cliquez ici pour accéder à l’article sur Michaël A., unique soldat d’origine française diplômé du dernier cours d’officier des Forces Terrestres de Tsahal.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :