Aller au contenu principal

14 février 2012

C’est un beau roman, c’est une belle histoire…

par Israel Defense Forces

…Ils se sont trouvés sur la route de leur base. A l’occasion de la Saint-Valentin, nous vous présentons une histoire d’amour, peu ordinaire, entre un soldat et une soldate de Tsahal, aujourd’hui fiancés. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Robert est né en Allemagne mais a aussi vécu en France, pays dont il a la nationalité par sa mère. Il a étudié en Suisse, il a un peu cherché sa place, un endroit qui devienne vraiment chez lui. Et puis, au cours de sa deuxième année d’étude, l’Opération Plomb Durci a tout changé. Nous sommes en décembre 2008. Ses grands-parents habitent à Césarée dans le nord d’Israël. Au cours des combats dans Gaza, un de ses amis est blessé au combat. Un choc.

« J’ai beaucoup réfléchi au sens de ma vie, et décidé de faire quelque chose qui ne serait pas que pour moi, de plus grand. »

Il débarque en Israël pour s’engager à l’armée grâce au programme Mahal. Il ne parle pas bien Hébreu, balbutie ses rudiments face aux officiers d’une base du nord du pays chargée de l’intégration des soldats immigrants dans les forces régulières. Durant trois mois et demi dans la base de Mihve Alon, base du Corps Educatif de l’armée où sont dispensés des programmes d’apprentissage rapide de l’hébreu, il étudie, et espère rejoindre une unité combattante.

Dans la classe d’en face, une autre immigrante fait un chemin similaire. Rebecca elle non plus ne maîtrisait pas l’hébreu en arrivant des États-Unis. Elle est né à Hawaï et n’a jamais eu l’occasion d’apprendre avant d’arriver.

« Un matin, il y a eu un incident au départ du bus pour la base. Une fille était coincée dans la soute du bus, avec les sacs de tous les soldats! Les autres riaient. »

Rebecca qui ne trouve pas la situation très comique ne se rappelle que d’une voix. Quelqu’un avait enfin interpellé le chauffeur pour l’avertir de la situation. Qui? Robert, forcément.

« J’étais un peu sonnée, je n’ai pas fait attention à lui. Je suis montée dans le bus et puis je me suis retournée, un peu troublée, pour le remercier. On s’est salués, et puis on s’est perdu de vue. »

Les semaines passent. Rebecca finit par le croiser dans la base mais n’ose pas lui adresser la parole avant de se décider à lui parler. Ils sont tous les deux soldats-seuls, se découvrent des points en commun, se promettent de se voir. Et puis oublient, repoussent, et finissent par se manquer.

Cinq mois plus tard, Rebecca a déménagé à Beer-Sheva pour se rapprocher de sa base. Elle a finit par obtenir une position dans l’armée de l’air, oublié les débuts toujours un peu cahotiques de l’armée, et sous la pression de ses copines, elle finit par ouvrir un compte Facebook.

« J’étais un peu rétive… Et finalement! Quelques heures après j’ai reçu un message de Robert. Il me racontait qu’il avait perdu mon numéro, et on a fini par fixer un rendez-vous. Un vrai cette fois, qu’on tiendrait. Et sur ce je suis partie pour une semaine à la base. « 

En rentrant chez elle, elle découvre son appartement dans un piteux état. Son chat a disparu, son canapé est éventré, c’est la panique. Robert, en chemin, l’appelle pour lui dire qu’il est arrivé à Beer-Sheva. Paniquée face à la situation, ne sachant quoi répondre, elle lui raccroche au nez. Mais bien déterminé, il finit par débarquer, et lui avouer être amoureux depuis le début.

La suite… est celle d’une histoire de la St-Valentin qui se respecte. Lors d’une ballade romantique, huit mois plus tard, Robert décide d’épouser Rebecca et demande sa main. Ils s’installent à Beer-Sheva.

Rebecca a fini son service au mois de décembre 2011. Lui sera libéré au mois de mai de cette année.

Le mariage est prévu le 27 juin 2012 à Césarée là où les grands-parents de Robert se sont mariés.

Tsahal vous souhaite à tous une joyeuse Saint-Valentin!

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :