Aller au contenu principal

2 février 2012

2

Les réservistes du Corps d’Artillerie rappelés pour un exercice surprise

par Israel Defense Forces

Un bataillon de réservistes du corps d’Artillerie a été rappelé pour effectuer un exercice surprise d’entraînement la semaine dernière. L’exercice avait pour but de tester leur capacité à réagir en cas d’urgence, et à perfectionner leur technique de combat en milieu urbain.

Le Lieutenant-colonel Oded Keller, Commandant d’un Bataillon de réservistes du Corps d’Artillerie, ne pouvait pas s’y attendre.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour la première fois, à la place de l’exercice d’entraînement traditionnel auquel ils sont convoqués chaque année, ces réservistes ont eu le droit à un exercice un peu spécial, simulant une guerre surprise déclarée par l’ennemi.

Le Lieutenant-Colonel Keller, avocat de profession, habite à Tel Aviv avec sa femme et ses deux enfants. Chaque année, il passe environ un mois à entraîner ses anciens soldats, tous réservistes, afin qu’ils soient capables de réagir et de participer à la défense du pays à tout moment.

Chaque année depuis l’âge de 21 ans et ce jusqu’à 45 ans, les hommes Israéliens effectuent une période de réserve, au cours de laquelle ils quittent famille et travail pour rejoindre les rangs de l’armée israélienne.

Depuis l’indépendance de l’État d’Israël, les troupes de réserve ont été une force vitale pour Tsahal et opèrent aussi bien dans les situations d’urgence ou de crise que lors d’opérations de routine.

Ces dernières années, les périodes de réserve militaire sont devenues plus intenses, et un fossé s’est creusé entre ceux qui retournent chaque année remplir leur devoir à l’armée et ceux qui refusent de le faire.

Face aux soldats du Lieutenant-Colonel Keller, des troupes ennemies envahissent par surprise le territoire israélien.

«L’exercice a duré quatre jours, et je peux compter les heures de sommeil de mes soldats sur les doigts de la main», nous confie le Lieutenant-Colonel Keller.

Les capacités physiques des réservistes ont été mises à l’épreuve et l’exercice surprise a mis en évidence les faiblesses et les points forts du bataillon.

«L’effet de surprise est le seul moyen de vérifier si les soldats sont réellement prêts. Certains ne s’en sortent pas, tandis que d’autres se révèlent sous la pression».

Keller a insisté sur l’importance de l’entraînement au combat en milieu urbain et l’obligation des soldats de faire preuve de retenue en fonction des situations. Cette formation est devenue incontournable pour faire face à un ennemi qui utilise systématiquement les civils comme bouclier humain et pour réduire au minimum le nombre de victimes civiles.

«Il s’agit d’une règle d’or qu’il faut respecter à tout moment, tant sur le champ de bataille qu’au cours d’un exercice, à savoir identifier les cibles avec le plus haut niveau de précision et utiliser des munitions précises et efficaces qui causeront les dégâts les plus restreints possibles.»

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :