Aller au contenu principal

4 janvier 2012

« Nous ne parlons plus de situation humanitaire à Gaza, mais plutôt de la croissance de l’économie locale »

par Israel Defense Forces

La semaine dernière, plusieurs rencontres ont été organisées entre des hommes d’affaires et des agriculteurs palestiniens originaires de la bande de Gaza et des représentants de l’armée israélienne, de l’Unité de Coordination des Activités Gouvernementales dans les Territoires.

«Depuis quelques temps déjà, nous ne parlons plus de la situation humanitaire à Gaza mais plutôt de la croissance et du développement de l’économie locale», explique l’un des hommes d’affaires palestiniens.

Le commandant de l’Unité de Coordination des Activités Gouvernementales dans les Territoires, le Général de Division Eitan Dangot et le commandant de l’Administration de Coordination et de Liaison avec Gaza, le Colonel Khatib Mansour, ont assisté à ces réunions.

Les Palestiniens ont soulevé plusieurs questions qui pourraient selon eux apporter des changements significatifs et améliorer significativement la situation économique dans la bande de Gaza : les exportations vers Israël et la Judée-Samarie, l’importation de matériel à double usage et de l’augmentation du quota de commerçants autorisés à entrer en Israël depuis la bande de Gaza.

Des données économiques impressionnantes ont été relevées dans la bande de Gaza en 2011. Le PIB a augmenté de 31%, le taux de chômage a considérablement baissé, il est aujourd’hui de 25 %, son plus bas niveau depuis dix ans. Plus de 170 projets de développement ont été approuvés et de nombreuses matières premières ont été importées pour les entreprises du secteur privé.

Le Général de Division Dangot a informé les Palestiniens d’un certain nombre de mesures économiques, notamment lles 100 millions de Nouveaux Shekels qu’Israël a investi dans le but d’agrandir et de mettre aux normes le point de passage de Kerem Shalom. Chaque jour, entre 250 et 280 camions passent par ce passage, transportant plus de 6000 tonnes d’aide humanitaire, principalement des fournitures médicales et des denrées alimentaires, selon une liste mise au point par les organisations internationales participant au processus. Cette porte d’entrée est le point d’ancrage principal des échanges  économiques et commerciaux entre Israël et la bande de Gaza.

«Nous ferons tout notre possible pour répondre aux besoins des propriétaires d’usines de la bande de Gaza»

Les hommes d’affaires et les agriculteurs se sont félicités des initiatives présentées, de la rencontre et de la chaleur des relations professionnelles, en affirmant que « même si il n’y a pas de solution pratique à tous les problèmes, se réunir et dialoguer de la sorte est le  principal moyen de les régler, de clarifier les choses et de favoriser la croissance dans labande de Gaza».

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :