Aller au contenu principal

15 décembre 2011

1

En raison de menaces concrètes, Tsahal s’entraîne pour faire face aux enlèvements de soldats

par Israel Defense Forces

La Brigade Régionale d’Ephraïm a organisé un exercice pour être prêt en cas d’enlèvement de soldats, en Samarie, cette semaine.

Le Colonel Ran Kahane, Commandant de la Brigade Régionale d'Ephraïm qui a organisé l'exercice.

10h44, à proximité de la jonction Emmanuel en Samarie. Une vieille Subaru bleue, le capot levé, est stationnée sur le bas côté de la route. A côté, deux civils Palestiniens examinent le moteur avec interrogation.

Un véhicule de Tsahal s’arrête et trois soldats en descendent pour aider les automobilistes en panne.

«Que se passe-t-il?», demande l’un des soldats.

«Le moteur est mort», répond l’un des palestiniens.

Tandis que les soldats se rapprochent, un des Palestiniens sort une arme de son manteau et ouvre le feu, frappant deux des soldats. En quelques secondes, les terroristes palestiniens entourent le troisième soldat et le force à pénétrer dans la voiture. Il est 10h46.

Les terroristes jettent plusieurs grenades assourdissantes et une grenade fumigène avant de démarrer en trombe vers le nord, avec un soldat israélien enlevé entre leurs mains.

Bien que ce scénario pourrait être vrai, cette semaine il ne s’agissait que d’un exercice.

La Brigade Régionale d’Ephraïm a organisé cette simulation d’enlèvement qui a duré pendant plus de 48 heures. Toutes les parties qui composent la Brigade ont pris part à l’exercice.

«Nous avons à faire face à de nombreux défis mais pour nous le risque le plus dangereux est celui d’un enlèvement», explique le Vice-commandant de la Brigade, le Lieutenant-colonel Tsur Harpaz au site internet de Tsahal.

«Cet exercice optimise notre préparation et en fin de compte, nous saurons gérer au mieux un incident de ce type».

Le Lieutenant-colonel Eyal Dagan explique : «L’objectif est de former les forces de sauvetage du Commandement de la Région Centre à faire face aux enlèvements. Mais également de sensibiliser les soldats à cette problématique».

«L’exercice a été mis en place pour répondre aux menaces concrètes d’enlèvements auxquelles les soldats de l’armée israélienne doivent faire face. C’est pourquoi nous devons nous entraîner», a affirmé le Lieutenant-colonel Dagan.

Récemment, un certain nombre de procédures ont été modifiées au sein du Commandement de la Région Centre en raison de la menace d’enlèvements.

Il n’y a pas eu un moment de relâche cette semaine. Les soldats qui ont joué le rôle des ravisseurs s’étaient préparés à l’avance, portaient des vêtements civils, s’étaient équipés de deux voitures et avaient suivis des consignes de sécurité strictes.

Leur objectif : tromper les forces de l’armée lancées à leur poursuite.

Leurs moyens : faire diversion avec un autre véhicule «palestinien» partant en direction du sud et de la ville de Ramallah tandis que le véhicule où se trouve le «soldat enlevé» part dans l’autre sens vers la Samarie, la Vallée du Jourdain et Binyamin.

10h47, la zone de l’enlèvement est enveloppée par la fumée. L’agent de sécurité d’une localité israélienne voisine arrive sur les lieux juste au moment où passe le véhicule servant à faire diversion.

«Il y a eu un enlèvement», lui crient alors les soldats blessés lors de l’attaque.

L’agent de sécurité s’occupe des blessés tout en les interrogeant et appelle les secours.

Il est presque 11 heures. Les forces de Tsahal commencent à arriver en masse sur le lieu.

Ils cherchent des empreintes de pas et des traces de pneus. Un des soldats blessés meurt des suites de ses blessures tandis que l’autre est encore traité par les secours d’urgence.

Les réservistes, appelés en renfort, commencent à sécuriser la zone.

Le Commandant de la Brigade Régionale d’Ephraïm, le Colonel Ran Kahane, arrive sur les lieux et procède à une évaluation de la situation. Il pose des questions aux soldats et prend en compte chaque détail.

La police israélienne et d’autres forces arrivent, analysent les cartes, écoutent les différents rapports avec un seul objectif en tête, retrouver le soldat disparu.

Certaines forces restent sur la scène de l’enlèvement mais la plupart des soldats sautent dans leurs jeeps et commencent une course contre la montre pour trouver et secourir le soldat enlevé.

Le mois dernier, la Brigade de la Vallée du Jourdain a également organisé un exercice de ce type sous les yeux du Chef d’État-major, Benny Gantz.

La question de l’enlèvement éventuel d’un soldat est encore plus prise au sérieux depuis la libération du Sergent Gilad Shalit il y a deux mois et les nouvelles menaces d’enlèvements apparues dans certains secteurs.

Publicités
Un commentaire

Rétroliens & Pings

  1. La Semaine de Tsahal en images (du 11/12 au 18/12) | Armée de Défense d'Israël

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :