Aller au contenu principal

8 décembre 2011

1

Tsahal forme ses officiers à mieux interagir avec la population civile

par Israel Defense Forces

La Brigade de Judée a organisé une conférence sur le droit international et l’interaction avec les populations civiles en Judée-Samarie.

La conférence organisée par l'Administration Civile

La Brigade de Judée a tenu, mardi 25 octobre, une conférence pour ses officiers sur l’interaction avec la population civile lors d’activités opérationnelles dans la région, en particulier à Hébron.

Organisée par l’Administration Civile, la conférence consistait en des exposés de représentants du Bureau de Coordination et de Liaison du District de Hébron, de l’unité de l’Avocat Général Militaire, du Comité International de la Croix-Rouge (CICR) et de l’unité du Porte-parole de Tsahal. Un journaliste étranger et un homme d’affaires palestinien ont également pris la parole.

«Un jour comme aujourd’hui est extrêmement important pour nous, spécialement dans un endroit comme Hébron où la structure politique et démographique est très complexe», a expliqué un Commandant de bataillon de la Brigade Kfir, le Lieutenant-colonel Arieh Shchori.

«J’espère que cela va permettre aux gens de comprendre mieux ces complexités et ainsi nous espérons obtenir de nouvelles perspectives».

«Depuis que les soldats servant en Judée-Samarie sont situés au sein des populations civiles, le travail des soldats est spécifique et ils doivent utiliser des moyens non létaux plutôt que des armes traditionnelles», a expliqué le chef du Bureau de Coordination et de Liaison du District de Hébron, le Lieutenant-colonel Avi Biton.

Afin d’atteindre l’objectif primordial d’assurer la sécurité en Judée-Samarie, les soldats doivent interagir avec de nombreux organismes différents, y compris la police israélienne, la police des frontières, les représentants de l’Administration civile et les civils palestiniens comme israéliens.

Ils rencontrent aussi souvent des représentants d’organisations internationales, avec l’aide de l’officier de liaison des organisations internationales, le Lieutenant Hen Mazzig.

«Tsahal et les autorités israéliennes autorisent et encouragent le travail des organisations internationales en Judée-Samarie», a déclaré le Lieutenant Mazzig.

«Les organisations nous donnent une perspective différente sur les problèmes auxquels nous faisons face, en soulignant comment nous pouvons améliorer et légitimer notre travail».

Parmi les plus importantes organisations opérant en Judée-Samarie, on trouve notamment le Comité International de la Croix-Rouge (CICR), qui remplit une mission humanitaire telle que définie par la communauté internationale et la Convention de Genève. De nombreuses activités de la Croix-Rouge en Judée-Samarie ne sont rendues possibles qu’avec la participation des soldats de Tsahal qui assurent que les opérations se déroulent en toute sécurité et en douceur.

«Cette information est extrêmement importante pour nous et nos soldats, explique un officier de la police des frontières, le Capitaine Avi Harush, qui sert dans la région depuis plus de seize ans.

«Il y a toujours de nouveaux officiers et soldats qui servent ici. Il est important qu’ils soient mis au courant des changements en ce qui concerne les lois et règlements que nous devons suivre».

Le Major Yael Bar-Yosef de l’unité de l’Avocat Général Militaire a donné un aperçu de nouvelles lois et règlementations, précisant que l’armée israélienne suit strictement le droit international, également en matière juridique.

Le Major Bar-Yosef a continué sur les droit des palestiniens en particulier ceux des mineurs dont les parents doivent être informés de l’arrestation et dont l’arrestation doit être approuvée.

«Les soldats de Tsahal sont légalement tenus d’agir pour faire cesser tout type d’émeute, indépendamment du fait qu’elles soient menées par des palestiniens ou des israéliens», a-t-elle poursuivi.

«Pour tout acte violent, les soldats de l’armée israélienne doivent traiter les israéliens et les palestiniens de la même façon. De plus, tout ce qui se passe sur le terrain doit être enregistré et archivé avec attention».

Le Porte-parole de Tsahal au sein de la division de la Judée-Samarie, le Capitaine Barak Raz a exhorté les officiers à respecter les valeurs éthiques et à suivre scrupuleusement le Code Éthique de l’armée israélienne car chaque action peut être filmée ou photographiée et publiée par des journalistes.

Afin de donner le point de vue des journalistes et de répondre à toutes les questions des officiers, un journaliste étranger a également parlé.

Afin de fournir aux officiers présents une perspective authentique de la vie des palestiniens dans la région, un homme d’affaires palestinien d’Hébron, Nafez Harbowi, a pris la parole.

Entre autres choses, il a parlé de sa coopération commerciale extrêmement fructueuse avec les hommes d’affaires israéliens. Il a également dépeint le lien direct entre l’économie palestinienne et la sécurité d’Israël. Entre 1993 et 2001, il y a eu une rapide amélioration financière d’environ 9% réduite à néant par l’irruption de la violence en 2001.

«Voila comment un palestinien se sent vraiment», a expliqué Harbowi.

«J’espère que grâce à cette conférence, nous allons mieux nous comprendre mutuellement. La perception d’Israël en termes de sécurité est extrêmement importante pour nous».

D’autres intervenants ont discuté de la coopération entre l’armée et la police israélienne ainsi que de l’interaction avec les communautés juives de Judée-Samarie, en particulier à Hébron.

«Il est crucial que les officiers transmettent plus tard ces informations à leurs soldats», a conclu le Capitaine Harush.

«Nous pouvons mieux faire comprendre les choses qui se déroulent sur le terrain à l’opinion publique mondiale et faire en sorte que nos soldats opèrent professionnellement en respectant les lois».

Publicités
Un commentaire

Rétroliens & Pings

  1. La Semaine de Tsahal en images (Du 04/12 au 11/12) | Armée de Défense d'Israël

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :