Aller au contenu principal

27 octobre 2011

4

L’incroyable destin de David «Mickey» Marcus, premier Général de l’histoire d’Israël et ancien Colonel de l’armée américaine

par Israel Defense Forces

Nous vous invitons à découvrir l’histoire peu ordinaire de David «Mickey» Marcus, officier américain, devenu le premier Général de l’histoire de l’armée israélienne. Incarné au cinéma par Kirk Douglas dans «L’Ombre d’un Géant» («Cast a Giant Shadow»), il est l’un des pionniers d’Israël et un des fondateurs de son armée. 

Jeremy Cohen


Ce diaporama nécessite JavaScript.

David Marcus, avocat et militaire : d’abord un héros américain

Commandant du Front Central pendant la Guerre d’Indépendance d’Israël, au cours de laquelle il trouve la mort le 11 juin 1948, David «Mickey» Marcus est d’abord un citoyen américain, né a New York au début du XXème siècle.

Il grandit à Brooklyn dans une famille juive originaire de Roumanie, au sein de laquelle il reçoit une éducation aussi bien marquée par l’histoire et les traditions juives que par la culture américaine. Dès son plus jeune âge, il rêve de devenir soldat, sans doute influencé par la Première Guerre Mondiale. Il obtient son diplôme de fin d’études avec une mention d’honneur en 1919. Bon élève et athlète accompli, il entre en 1920 à l’Académie Militaire de West Point d’où il sort diplômé en 1924.

Après avoir accompli son service militaire, il retourne à la vie civile. Il entreprend alors des études de droit au sein de la Brooklyn Law School. Il devient avocat fédéral et assistant du procureur de New York. Auprès de lui, Marcus aide à faire juger de nombreux criminels dont le célèbre mafieux italo-américain Lucky Luciano.

En 1940, le maire de New York, Fiorello La Guardia, le nomme Chef du Département en charge des établissements pénitentiaires de la ville.

Son rôle lors de la Seconde Guerre Mondiale

Dans le même temps, il devient officier de réserve au sein de l’unité de l’Avocat Général Militaire de l’armée américaine. Au début des années 1940, en pleine Seconde Guerre Mondiale, persuadé que les États-Unis d’Amérique devront entrer en guerre un jour ou l’autre, il s’engage à nouveau dans l’armée au sein de son unité de réserve.

Après l’attaque japonaise sur Pearl Harbor et l’entrée en Guerre des États-Unis, il devient l’assistant du Gouverneur Militaire de Hawaï en 1942. Puis, il est affecté au commandement de la base d’entraînement des Rangers à Hawaï où il met au point des nouvelles tactiques de combat. Il est finalement promu au rang d’officier en charge des Affaires Civiles à Washington. Son rôle est alors de préparer la future administration alliée des territoires prochainement libérés en Europe.

Il est ensuite dépêché à Londres, avant l’Opération Overlord (Bataille de Normandie), en tant qu’officier de l’état-major en charge des Affaires Civiles, pour préparer la libération prochaine de l’Europe.

Il se porte volontaire pour être parachuté au-dessus de la Normandie avec la 101ème division aéroportée avant le Débarquement, et prend ainsi part à la Libération. Il est témoin des atrocités nazies commises dans les camps de concentration libérés. Une expérience qui le touchera profondément.

Grâce à l’expérience professionnelle qu’il a acquise quelques années auparavant à New-York, il participe à l’établissement des conditions de reddition de l’Italie et de l’Allemagne. En 1945, il devient membre du gouvernement de la zone d’occupation américaine de l’Allemagne, placée sous administration alliée et divisée en quatre zones.

Son apport comme volontaire étranger à la jeune armée israélienne

L’appel de Ben Gourion

Après la guerre, Marcus revient une nouvelle fois à la vie civile pour exercer son métier d’avocat. En 1947, l’ONU se prononce en faveur d’une partition du territoire de la Palestine mandataire en deux états, l’un juif et l’autre arabe. Cette résolution est immédiatement acceptée par le mouvement sioniste et rejetée par les États Arabes.

Décidé à déclarer l’Etat d’Israël dés la fin du mandat britannique, David Ben Gourion sait pourtant qu’une attaque des puissances arabes voisines sur le futur État Juif est imminente. Il se met par conséquent en quête d’armes et de soldats expérimentés dès 1947.

Il demande à Marcus, par l’intermédiaire du Commandant Shlomo Shamir, de recruter un officier américain afin qu’il occupe le poste de conseiller militaire à la Hagana, principal ancêtre de l’armée israélienne.

En effet, peu de temps après la création de l’État d’Israël le 14 mai 1948, la Hagana fusionne avec le Palmah et le Etzel (plus connu sous le nom d’Irgoun) pour donner naissance à Tsahal, le 31 mai.

Ne trouvant personne pour assumer cette tâche, David Marcus se porte volontaire pour aider la jeune armée juive.

Le Département de la Guerre des États-Unis l’autorise à s’engager de manière informelle, à condition que son nom et son grade ne soient pas révélés afin d’éviter des problèmes avec les autorités mandataires britanniques.

Dès son arrivée en Israël, David Marcus devient Michael Stone

Ainsi, un dénommé «Michael Stone» débarque à Tel Aviv en janvier 1948. La situation est alors très difficile. Le futur État d’Israël est déjà entouré de nombreux ennemis potentiels, et les milices juives comme la Hagana ou l’Irgoun ne disposent ni de la structure, ni de la formation d’une armée régulière traditionnelle. Quant aux armes, aussi bien l’artillerie que l’aviation, elles manquent cruellement.

Fort de son passé d’officier dans l’armée américaine, il met en place la structure d’une armée moderne, dotée notamment d’un commandement. Il rédige également des livres pour former le personnel et les soldats et met ainsi à profit l’expérience acquise comme commandant de la base de formation des Rangers américains.

Le 28 mai 1948, jour de la chute du quartier juif à Jérusalem et du début du siège pour la population juive qui y réside, il est nommé Commandant du Front Central dont Jérusalem fait partie. On lui attribue le grade de Général. Il devient ainsi le premier général de l’État d’Israël.

Marcus participe activement à la Bataille de Latroun, au cours de laquelle il essaie de trouver un moyen d’arriver à Jérusalem pour briser le blocus subi par la population juive. Il trouve finalement un chemin permettant d’éviter Latroun. L’aménagement de cette route , qui deviendra la «Route de Birmanie», est décidé pour permettre le passage de camions visant à ravitailler Jérusalem.

Tsahal essaie de protéger les travaux d’aménagements de la «Route de Birmanie» et fait diversion en attaquant à plusieurs reprises la Légion Jordanienne, qui dirige les forces arabes sur le front central. Toutes les tentatives d’attaquer la Légion, barricadée dans le fort de Latroun, échouent successivement.

Marcus participe à la planification de ces attaques et en assume parfois le commandement.

Finalement, la jeune armée israélienne lance cinq assauts dont aucun ne permet de prendre Latroun. Mais ces échecs auront tout de même permis d’atteindre un objectif stratégique important, à savoir protéger la «Route de Birmanie», dont Marcus planifie également l’aménagement.

Cela permet le passage de camions vers les quartiers juifs de Jérusalem et leur ravitaillement, à l’exception du quartier de la vieille ville.

Une mort prématurée

David «Mickey» Marcus meurt le 11 juin 1948, après la conquête du village d’Abou Gosh par l’une de ses unités.

Le premier cessez-le-feu dans les combats est prévu le 11 juin suite à des négociations aux Nations-Unies.

Quelques heures avant son entrée en vigueur, Marcus retourne au Quartier Général du front central, installé dans le monastère abandonné de Notre-Dame de la Nouvelle Alliance à Abu Gosh.

Les gardes sont en niveau d’alerte maximum, de peur que les arabes ne profitent des dernières heures de combat pour attaquer le camp.

David Marcus arrive au camp vers 3h35 du matin et prévient les gardes de sa présence. Il se change et troque son uniforme contre des vêtements de civils blancs. Mais ce jour-là, exceptionnellement, la garde est relevée à 3h40 du matin au lieu de 4h00, comme c’est habituellement le cas.

Lorsqu’il voit avancer l’officier habillé en civil, le jeune garde Eliezer Linski de 18 ans,  l’interpelle et le met en garde.  Il est parfaitement incapable de le reconnaître dans l’obscurité de la nuit, sans son uniforme.

David «Mickey» Marcus, juif de New York, parle anglais et yiddish mais ne maîtrise que très mal l’hébreu. Ainsi, Il répond aux interpellations du garde en anglais, langue que le jeune Eliezer ne comprend pas.

Marcus continue d’avancer et le garde tire en l’air une première fois. L’officier américain continue d’avancer et le garde n’a pas d’autre choix que de tirer sur l’inconnu. Marcus est touché en pleine poitrine.

Ainsi, le premier Général de l’armée israélienne, l’une des figures emblématiques du Mahal, ces volontaires étrangers, juifs ou non, venus combattre dans les forces israéliennes pendant la Guerre d’Indépendance, est tué par un tir ami le 11 juin 1948 à 47 ans.

Postérité

Son corps est renvoyé aux États-Unis pour y être enterré. Moshé Dayan et sa femme font notamment le déplacement pour assister à l’enterrement.

Il est enterré au cimetière de West Point, la fameuse académie militaire américaine, où il fait exception, puisqu’il est le seul soldat américain à avoir été tué au combat sous les drapeaux d’une armée étrangère. Sur sa tombe sont inscrit les mots suivants: «Colonel David Marcus – Un soldat pour toute l’humanité».

Un mausolée à sa mémoire se trouve dans le village de Kiryat-Yéarim, dans le quartier de Telz Stone.

Le kibbutz de Mishmar David et le quartier de Tel Aviv «Neve David» ont été appelés ainsi en son honneur.

Autre trace laissée à la postérité, Kirk Douglas incarne ce héros sur grand écran en 1966 dans le film de guerre «L’Ombre d’un géant» («Cast a Giant Shadow»), qui raconte son combat pour l’Indépendance de l’État d’Israël.

David Ben Gourion écrira bien après la mort de Marcus: «Son nom sera inscrit à tout jamais dans la légende du peuple juif. La communauté juive américaine sera toujours fière de son grand et courageux fils, qui a donné sa vie pour la délivrance d’Israël».

Pour en savoir plus sur la Guerre d’Indépendance, cliquez ici.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :