Aller au contenu principal

26 octobre 2011

4

C’était il y a 55 ans : début de la campagne du Sinaï ou opération franco-israélo-britannique de 1956

par Israel Defense Forces

La guerre a été menée en coopération avec la France et la Grande-Bretagne qui avaient d’importants intérêts économiques dans le canal de Suez et qui refusaient de se soumettre à la décision du président égyptien Nasser de le nationaliser le 26 juillet 1956. Israël et les deux puissances occidentales conclurent leur alliance secrète par l’intermédiaire des Protocoles de Sèvres.

Campagne du Sinaï (1956)

L’Opération franco-israélo-britannique de 1956, également connue en Israël sous le nom de Campagne du Sinaï ou d’Opération Kadesh, a été pour Israël une guerre préventive visant à résoudre trois problèmes dans ses relations avec l’Égypte : l’activité terroriste (avec l’infiltration en Israël de « fedayin » provenant d’Égypte), l’atteinte à la liberté de navigation (avec la fermeture du détroit de Tiran à la flotte israélienne) et l’atteinte à l’équilibre des forces dans la région.

Protocoles de Sèvres

La teneur des Protocoles de Sèvres était qu’Israël prendrait l’initiative du déclenchement d’une action militaire le 29 octobre, créant ainsi une menace sur le canal de Suez. Le lendemain, les deux puissances européennes lanceraient un ultimatum, exigeant un cessez-le-feu dans un délai de 12 heures de la part d’Israël et de l’Égypte, le retrait des troupes à plus de 15 kilomètres de la zone du canal, et la saisie temporaire des postes clés le long du canal par les forces franco-anglaises afin d’assurer la liberté de navigation. En cas de refus du gouvernement égyptien d’un accord selon ces termes, les deux puissances engageraient une action militaire contre l’Égypte le 31 octobre. Il fut également convenu d’une aide française pour Israël, incluant une aide aérienne dans la défense du territoire aérien israélien.

Déroulement

Le 25 octobre, l’armée israélienne commença à mobiliser ses réservistes ; ce mouvement fut interprété comme résultant des tensions avec la Jordanie, et permit par conséquent de créer un effet de surprise total sur le front égyptien.

Le 29 octobre, en fin d’après-midi, le 890ème bataillon fut parachuté à l’est de la passe de Mitla, dans le Sinaï. Il suffisait de créer une menace sur le canal pour que cela donne lieu à une intervention des partenaires d’Israël. Au même moment, des avions de l’Armée de l’Air israélienne manœuvrèrent dans le but de couper les lignes téléphoniques dans le Sinaï et perturber les systèmes de communication égyptiens.

Le 5 novembre 1956, après 8 jours de combats, Tsahal scella la prise de contrôle de la péninsule du Sinaï. Après l’intervention de l’ONU, un cessez-le-feu fut signé, prévoyant le retrait des forces armées françaises, britanniques et israéliennes de la péninsule du Sinaï et leur remplacement par les forces d’urgence des nations unies à partir du 15 novembre 1956. Ces forces internationales assurèrent la stabilité de la frontière entre Israël et l’Égypte jusqu’à la Guerre des Six Jours, lorsque le président Nasser décida de les renvoyer pour occuper militairement le Sinaï et ainsi faire pression sur Israël.

Cliquez ici pour en savoir plus sur la Campagne du Sinaï.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :