Aller au contenu principal

25 octobre 2011

1

Vidéos, photos, et gros plan sur… Ces soldats qui font appliquer le blocus maritime sur la bande de Gaza

par Israel Defense Forces

Certains soldats ont la lourde responsabilité de faire appliquer le blocus maritime imposé sur la bande de Gaza, une mission particulièrement importante pour la sécurité du pays. Certains soldats, postés au large des côtes de la bande de Gaza, observent impuissants le flux de roquettes tirées depuis la bande de Gaza sur le sud du pays, où se trouvent leur maison et leur famille.

Soldats chargés de faire appliquer le blocus maritime

Il y a quelques semaines,   la légalité du blocus maritime imposé par Israël sur la bande de Gaza a été reconnue par la Commission Palmer, dont les membres avaient également enquêté sur les incidents de la flottille qui ont au lieu au large de la bande de Gaza en mai 2010, sur demande de l’Organisation des Nations Unies.

Le Commandant de l’unité de reconnaissance de la base d’Ashdod, responsable des soldats chargés de faire appliquer le blocus maritime, le Capitaine D., nous explique que les soldats ont l’habitude de s’entraîner sur des maquettes de navires. Ainsi, ils apprennent à réagir en cas d’attaque ennemie sur navire de l’armée israélienne, à intercepter un bateau dans lequel se trouvent des terroristes ou des marchandises issues de la contrebande,  et à empêcher les activités terroristes sur les côtes de la bande de Gaza. « La menace est constante », a-t-il expliqué, « Nous faisons tous les jours face à ce type de problèmes. »

« Nous sommes le blocus », a-t-il poursuivi, « Il n’y aucune clôture pour protéger la frontière dont nous sommes responsables, juste des espaces ouverts ». Comme il n’existe aucune limite physique dans la mer, ce sont les soldats qui marquent la frontière. Lorsque nous localisons un bateau qui s’approche de la ligne de fermeture, nous tirons d’abord dans l’air, afin de lancer un signal mais de ne blesser personne. »

Pour certains soldats de l’unité, qui servent près de la bande Gaza, cette mission est particulièrement difficile.

« Nous voyons des roquettes Grad tirées depuis la bande de Gaza sur Israël, et nous savons que chaque missile peut nuire à un civil israélien », explique le Capitaine D. « La situation est complexe. Certains de mes soldats vivent dans le sud du pays. Chaque jour passé en mer, ils observent impuissants les missiles tirés sur leurs maisons, et ils n’ont pas la possibilité de contacter leurs familles, et de s’assurer que tout va bien pour eux. »

Une mission essentielle pour assurér la sécurité de l’État d’Israël

Cette vidéo montre l’arraisonnement par la Marine Israélienne en 2009 du Francop, un bateau en provenance d’Iran qui transportait un chargement de 500 tonnes d’armement (armes, missiles et roquettes) dissimulé sous des sacs en polyéthylène et qui devaient être transféré clandestinement au Hezbollah au Liban.

Depuis le 3 janvier 2009, le Ministre de la Défense a ordonné un blocus maritime au large des côtes de la bande de Gaza, jusqu’à une distance de 20 miles de la côte.  Le blocus maritime, selon ce que prévoit le droit international, permet de prévenir l’entrée de navires dans les ports contrôlés par l’ennemi (dans ce cas, il s’agit du Hamas et d’autres organisations terroristes palestiniennes), ainsi que le départ de navires depuis ces ports.

Vodpod videos no longer available.

Ce blocus a été imposé pour des raisons de sécurité évidentes. Le Hamas est une organisation terroriste dangereuse dont le but est de nuire à l’État d’Israël. Le Hamas et les autres organisations terroristes implantées dans la bande de Gaza continuent de s’armer en permanence et utilisent notamment la mer afin d’organiser le trafic d’armes. Les attaques de ces organisations terroristes affectent et menacent les habitants d’Israël et les soldats de Tsahal. Le Victoria est un exemple de navire déguisé en simple bateau civil qui transportait de l’armement à destination de la bande de Gaza. La destination de la cargaison du Victoria était claire et sa saisie par Tsahal a permis d’empêcher l’utilisation de ces armes dans des attaques qui auraient pu porter atteinte à la sécurité des Israéliens.

La liste des bateaux interceptés alors qu’ils transportaient des tonnes d’armes à destination de la bande de Gaza montre que le blocus maritime imposé par Israël sur la bande de Gaza est essentiel pour maintenir la sécurité des Israéliens.

Conformément au droit international, l’Armée de Défense d’Israël applique ce blocus maritime et contrôle tous les navires au large des côtes de la bande de Gaza, sans faire aucune exception.

Selon le droit international, il est interdit d’imposer un blocus maritime sur une zone dans l’objectif d’affamer une population civile ou de lui nuire en la privant de denrées qui lui sont vitales. Comme précisé précédemment, ce blocus a été décidé pour des raisons de sécurité et il est évident qu’il n’a pas pour but d’entraîner une famine ou de priver les habitants de la bande de Gaza de denrées essentielles.

Ce blocus maritime n’a aucune incidence sur la quantité de marchandises et d’aide humanitaire transférées vers la bande de Gaza.

Les cargaisons destinées aux habitants de la bande de Gaza transitent quotidiennement par le biais despoints de passage terrestres. En fait, depuis 1967, aucune marchandise n’est parvenue à la bande de Gaza par voie maritime. Par conséquent, le blocus imposé depuis janvier 2009 n’a aucunement affecté la manière et la fréquence de transfert de marchandises vers la bande de Gaza.

Depuis le désengagement de la bande de Gaza en 2005, l’État d’Israël travaille en permanence pour permettre le transfert de l’équipement et des produits nécessaires à la population de la bande de Gaza. Dans le cadre de cet engagement, Israël a clairement fait savoir qu’il n’existe aucun obstacle au transfert de marchandises essentielles et d’aide humanitaire vers la bande de Gaza.

Au début de l’année 2011, 400 camions transitaient quotidiennement vers la bande de Gaza. Cela représente une augmentation de 344 % depuis la décision du Gouvernement Israélien sur le transfert des biens vers la bande de Gaza.  De plus, le transfert de 456 camions transportant 3332 tonnes d’équipement médical et de médicaments, a été rendu possible grâce au travail de l’Unité de Coordination des Activités Gouvernementales dans les Territoires. En 2010, la sortie de 3818 commerçants vers le territoire israélien, la Judée-Samarie et l’étranger a été autorisée.

En 2010, Israël a continué à fournir 5 millions de litres cube d’eau à la population de la bande de Gaza. Enfin, depuis le début de l’année 2011,  près de 71 millions de litres d’essence ont été transférés.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :