Aller au contenu principal

24 octobre 2011

Le Porte-parole de l’armée israélienne : « L’accord pour la protection de la vie privée de Gilad Shalit l’aidera à se reconstruire».

par Israel Defense Forces

Le Porte-parole de l’armée israélienne, le Général de Brigade Yoav (Poli) Mordechaï a réinsisté hier (24 octobre) sur l’importance de l’accord visant à protéger la vie privée de Gilad Shalit.
Cet accord a été rédigé par le Porte-parole de l’armée israélienne en coordination avec l’officier responsable de la santé de Gilad Shalit au sein de la Branche médicale de l’armée israélienne. Il a également affirmé que des médecins de l’armée israélienne rendront visite à Gilad Shalit dans les prochains jours.

Dans une interview diffusée sur la radio Galei Tsahal (Radio militaire israélienne), le Général de Brigade Yoav (Poly) Mordechaï a déclaré :  « Nous avons décidé d’élaborer un accord avec les différents médias et d’établir une marche à suivre quant à la couverture médiatique du retour de Gilad. Nous l’avons fait de manière volontaire et spontanée et nous avons été surpris de la réactivité des médias. Nous avons pris cette décision après avoir consulté les responsables de la Branche médicale de l’armée israélienne afin de permettre à Gilad de se reconstruire dans le calme ».

Le Porte-parole de l’armée israélienne a confirmé que la plupart des médias ont accepté l’accord.

« Je ne connais que très peu de paparazzi qui ont essayé de vendre des photos aux journaux. Les responsables des grands journaux israéliens avaient eux-même refusé dès le premier jour d’utiliser ces procédés dans le cadre de notre accord. »

Avant le retour de Gilad en Israël, le Porte-parole de l’armée israélienne avait demandé aux médias de signer un accord visant à respecter la vie privée du soldat à son retour chez lui. Le but de cet accord était d’établir un cadre et d’imposer des limites à la couverture médiatique du retour de Gilad en Israël.

Le but de cet accord est de préserver le soldat Gilad Shalit d’une couverture médiatique trop importante après son retour de captivité.

L’accord souligne qu’il ne s’agit en aucun cas d’une volonté de nuire à la liberté de la presse mais plutôt de trouver un compromis entre cette liberté et le respect de la vie privée de Gilad Shalit et de sa famille. Cette réserve est cruciale pour que la famille Shalit puisse se reconstruire.

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :