Aller au contenu principal

3 octobre 2011

Des soldats de la Brigade parachutiste redéployés dans la région de Hébron

par Israel Defense Forces

Après avoir été longtemps opérationnel à la frontière nord du pays, le Bataillon ‘Ef’a’ de la Brigade Parachutiste est depuis peu déployé près de Hébron. Nous les avons suivis au cours d’un exercice de préparation à cette nouvelle mission.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un nouvel exercice pour ces soldats

Du Mont Hermon à Hébron: le Bataillon ‘Ef’a’ de la Brigade Parachutiste se prépare à faire face à toutes les éventualités.  La semaine dernière, les combattants du bataillon ont effectué, sous un soleil de plomb, des exercices dans le cadre de cette préparation.

Ils ont été préparés à remplir des  missions d’un autre type que celles qu’ils avaient l’habitude de remplir dans le Golan : arrestations de terroristes, pratique d’embuscades visant à prendre l’ennemi par surprise, patrouilles en zones urbaine, administration et sécurisation des  points de passage. L’objectif était de les préparer à faire face à d’éventuelles tensions dans cette zone et d’accroître leur capacité de réaction rapide dans une situation d’urgence.

Les combattants ont également été préparés mentalement et psychologiquement  afin d’être capables de régler des problèmes qu’ils pourraient rencontrer dans un avenir proche, comme les conflits entre les populations civiles palestinienne et juive à Hébron ou encore les relations avec des observateurs étrangers comme ceux de l’association TIPH ( « Temporary International Presence in the city of Hebron », « Présence Internationale Temporaire à Hébron »). Il s’agit d’observateurs venant du Danemark, d’Italie, de Norvège, de Suède, de Suisse, et de Turquie.

Hébron, un défi particulièrement délicat

«La ville d’Hébron est une ville importante pour les deux religions, juive comme musulmane. Par conséquent, la situation est unique car nous devons traiter aussi bien avec la population juive qu’avec les palestiniens et maintenir la paix dans la zone», a expliqué le Commandant du Bataillon ‘Ef’a’ de la Brigade Parachutiste à notre équipe, le Lieutenant-colonel Eran Eliel.

«Aujourd’hui notre rôle est différent de celui que nous avions lors de notre dernière affectation dans le Golan. Déployés à Hébron, mes soldats doivent être préparés au combat en zone urbaine, à l’ennemi qui se trouve désormais très près de vous, tellement près que vous pouvez le regarder dans les yeux», a poursuivi le Commandant du Bataillon.

Après avoir été déloyés au nord puis près de la bande de Gaza, le retour en Judée-Samarie constitue donc un défi différent.

Ces derniers temps, la tension et le nombre d’émeutes ont augmenté en Judée-Samarie et l’armée israélienne utilise des moyens de dispersions d’émeutes et des armes non létales , comme des gaz lacrymogènes ou des balles en caoutchouc, afin de rétablir le calme sans faire de victime parmi la population civile.

«Nous formons les soldats à l’utilisation de ces moyens de dispersion non létaux et nous organisons un exercice à la fin de la formation pour vérifier que ces méthodes sont acquises», a expliqué l’officier en charge de la formation, le Lieutenant Dan Zviely.

Le Sergent Nadav Brati, combattant dans la compagnie, se souvient d’un incident qui avait eu lieu un an auparavant.

«Il y a un an pendant la fête de Souccoth (fêtes des cabanes), nous avions déployé plus de forces dans la région. La zone était fermée pour des raisons de sécurité comme lors de chaque fête juive. C’est alors qu’un palestinien a insisté pour sortir de chez lui. Je lui ai expliqué plusieurs fois que ce n’était pas possible dans l’immédiat mais que d’ici deux heures la situation serait revenue à la normale. Nous nous sommes disputés et il est finalement rentré chez lui. Quelques minutes plus tard, j’ai évité par chance un  grand rocher qui s’est écrasé à quelques centimètres de moi. Il avait été lancé par un groupe d’hommes, parmi lesquels je reconnus également celui qui m’avait interpellé quelques minutes auparavant, depuis le toit de l’une des maisons alentours», nous a-t-il raconté.

“Nous avons maintenant plus d’expérience et cette formation nous permettra de savoir gérer ce type d’évènements beaucoup mieux que par le passé.”

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :