Aller au contenu principal

11 septembre 2011

1

Des soldats de Tsahal originaires des États-Unis se souviennent du 11 septembre

par Israel Defense Forces

Des soldats seuls originaires des États-Unis qui servent actuellement dans l’Armée Israélienne racontent la journée du 11 septembre 2001. Dix ans après les attaques terroristes, ils se confient à l’équipe du site de Tsahal.

Soldats de l'Armée Israélienne originaires des États-Unis

Dix ans après les attaques terroristes du 11 septembre 2001 qui ont causé la mort de 2977 personnes, l’Amérique se souvient des victimes, sauveteurs et du traumatisme laissé par ces évènements.

Cependant, certains Américains commémorent ce triste anniversaire loin de New-York, dans des bases de l’Armée Israélienne. Il s’agit de soldats seuls originaires des États-Unis qui sont volontairement venus servir en Israël.

« Lorsque je suis rentrée de l’école ce jour là, ma mère m’attendait sur le pas de la porte les yeux pleins de larmes », se souvient le Caporal Karen Zmora (23 ans) née à New-York et qui sert aujourd’hui comme commandante dans l’unité Oketz.

« Je me suis assise devant la télévision et j’étais bouleversée et confuse à force d’essayer de comprendre ce qui s’était passé. Ces images ressemblaient à un film d’horreur. Je ne comprenais pas comment les tours jumelles avaient pu être détruites et comment autant de gens avaient pu perdre la vie », a continué Karen.

« Les attaques du 11 septembre ont réuni tout le monde », a-t-elle ajouté. « Tous les Américains s’entraidaient et chacun essayait de contribuer à l’effort national de la meilleure manière qui soit ».

Le Caporal Angy Shavit (18 ans) originaire du New Jersey, combattante dans un bataillon d’infanterie, nous a elle aussi confié son expérience.

« Je me souviens de mon premier cours après le déjeuner ce jour là. Mon progesseur a déchiré une carte et a commencé à nous expliquer ce qui s’était passé. Nous n’étions qu’à l’école primaire, mais nous ne pouvions détacher nos yeux de nos écrans de télévision ».

« Il m’a fallu beaucoup de temps pour réaliser ce qui s’était produit », a affirmé Gitit Chromoy (21 ans) également originaire du New Jersey, commandante de soldates combattantes. « Nous sommes rentrés chez nous de l’école très tôt, les cours avaient été annulés ».

« J’étais en cours d’arts plastiques lorque nous avons entendu que les tours jumelles s’étaient effondrées », nous a raconté le Caporal Alon Diamant-Cohen (23 ans), originaire du Maryland et qui sert comme combattante dans le Corps de Collecte de Renseignements sur le Terrain. « Il m’a fallu une heure pour évaluer la situation et pour réussir à faire abstraction de toutes les rumeurs, les confusions et des explications non rationnelles. Nous avons rapidement compris qu’une tragédie avait frappé l’Amérique toute entière. Après le déjeuner, c’est comme si tout le personnel de l’école avait perdu la capacité de faire fonctionner l’établissement, et nous avons été renvoyés chez nous. »

Le Caporal Cohen a poursuivi : « J’ai passé le restant de la semaine scotché à mon écran de télévision, à regarder indéfiniment les images de l’effondrement des tours jumelles, comme le faisaient tous les Américains qui essayaient de reprendre leurs esprits après ce coup dévastateur. »

« Cette terrible tragédie a donné naissance à une nouvelle génération d’Américains, moins naïfs et moins innocents », a conclu le Caporal Cohen.

Publicités
Un commentaire

Rétroliens & Pings

  1. La Semaine de Tsahal en images du 11/09 au 18/09 | Armée de Défense d'Israël

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :