Aller au contenu principal

7 septembre 2011

Tsahal : les dessous d’une organisation efficace

par Israel Defense Forces

Une fois n’est pas coutume : lumière sur les soldats de l’arrière. Comment Tsahal s’organise pour approvisionner les soldats sur le terrain, dans des zones à risque ou reculées ? Découvrez les dessous d’une organisation bien rôdée, indispensable au bon fonctionnement de l’Armée Israélienne.

Photo : Nellu Cohn, extrait du livre "TZAHAL"

Un jeudi, 8h du matin.

Chaque jour, dans la base de Tsrifin au centre du pays, une cinquantaine de soldats sont convoqués pour une mission bien particulière. Quelque soit le rôle et l’unité d’origine,  aujourd’hui nous avons tous laissé notre travail habituel de côté.

Nous devons préparer les cartons de nourriture qui sont amenés aux soldats combattants directement sur le terrain, notamment dans les situations d’urgence ou lorsque les soldats se trouvent dans des espaces reculés ou qu’il est impossible de leur donner de la nourriture fraîche. Dans chaque carton, il y a à manger pour 4 soldats.

En quelques minutes, à l’entrée d’un entrepôt gigantesque où sont entreposés des cartons de boîtes de conserve à perte de vue, on nous explique ce que nous sommes venus faire.  Un officier détaille la mission, et ce sont des réservistes qui gèrent le travail. Nous ne sommes pas les seuls à avoir bousculé notre train-train. Des volontaires français résidant depuis peu en Israël sont aussi venus donner un coup de main.

Le travail s’organise en chaîne de production : assemblage, remplissage, et chargement des cartons. Les soldates s’installent de part et d’autre du tapis roulant pour remplir les cartons qui défilent rapidement devant elles  avec les denrées, et les soldats réapprovisionnent le stock  de conserves en permanence pour faciliter leur travail. Ces repas comprennent : conserves de thon,  de cacahuètes, d’olives,  de feuilles de vigne, de halva et des ustensiles. La cadence est intense, tout le monde travail d’arrache-pied pour remplir cette mission ponctuelle mais indispensable. S’il manque quelque chose dans le carton, le soldat sera le seul à s’en apercevoir, et il sera trop tard.

A la fin de la journée, on se félicite, la chaîne de production a été très efficace. Réservistes, volontaires et jeunes soldats se disent au revoir.

Dans quelques semaines ou quelques mois tout au plus, nous ne serons pas là pour voir le fruit de notre travail, mais nous savons que des soldats trouveront un peu de réconfort en ouvrant ces cartons.

Approvisionner les combattants sans mettre en danger des soldats : un nouveau défi – « Nous avons amélioré l’approvisionnement depuis la Deuxième Guerre du Liban », a affirmé  le Général de Brigade Ganem, Chef de la Branche Logistique.

La Branche logistique de l’Armée Israélienne mettra prochainement en service des véhicules sans pilote qui seront utilisés pour transporter la nourriture pour les sold

ats sur le terrain. Cette nouvelle « chaîne d’approvisionnement » sera mise en place afin d’acheminer de la nourriture, des équipements médicaux, de l’essence et des munitions en toute sécurité.

Comme les soldats de la branche logistique doivent souvent approvisionner les soldats dans des zones dangereuses, ils seront désormais entraînés comme il se doit. « En présence de l’ennemi, les soldats de la Branche Logistique pourront également se défendre puisqu’ils seront entraînés au combat et capables d’évaluer les risques d’une situation donnée ».

Ganem s’est également exprimé sur les progrès technologiques et sur la mise en service de véhicules terrestres et aériens sans pilote. Ils permettront de transporter de la nourriture aux Brigades d’Infanterie sans qu’aucun soldat ne risque sa vie.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :