Aller au contenu principal

4 septembre 2011

Hommage à Pascal Abrahami, agent de l’unité de lutte anti-terroriste de la Police Israélienne, mort dans les attentats du jeudi 18 août

par Israel Defense Forces

Pascal Abrahami a été tué à 49 ans au cours des attaques terroristes du jeudi 18 août. Retour sur les circonstances de sa mort, et hommage au plus ancien agent de son unité, admiré pour son professionnalisme, sa modestie et son sens de la famille et des responsabilités.

« Il s’agit de la dernière photo de lui, et il sourit avec ce sourire si particulier qui le distingue de tous les autres »

Jeudi 18 août, des attentats terroristes ont eu lieu près d’Eilat non loin de la frontière qui sépare Israël de l’Égypte en début d’après-midi. Pascal et ses co-équipiers du Commando de lutte anti-terroriste de la Police Israélienne ont été mobilisés sur zone.

Après que la situation s’est apparemment calmée, Pascal, accompagné d’un de ses compagnons et d’un maître chien reçoit l’ordre de retourner vers l’endroit où ils ont laissé leur véhicule quelques heures plus tôt. Entre temps, des hauts dirigeants israéliens s’étaient rendus sur zone pour participer à une conférence de presse organisée en urgence. Le Ministre de la Défense Ehud Barak s’était notamment déplacé à l’endroit où les attaques ont eu lieu.

Une des personnes accompagnant Ehud Barak interpelle de loin Pascal et ses co-équipiers et leur demande de venir à la rencontre du ministre. Lors de l’entretien qui suit Ehud Barak demande alors au maître chien qui s’est approché: « Comment s’appelle ton chien ? », « Tyson. Mais si tu veux qu’il te réponde, il faut crier bien fort son nom. Ce chien est vieux, il va bientôt prendre sa retraite », puis se tournant vers Pascal Abrahami « Un peu comme ce soldat là, lui aussi va prendre sa retraite ».

« Cette blague a fait rire mon frère aux éclats », nous raconte le frère de Pascal, Philippe Abrahami. Le photographe est parvenu à saisir cet instant, une demi-heure environ avant la mort de Pascal. « Il s’agit de la dernière photo de lui, et il sourit avec ce sourire si particulier qui le distingue de tous les autres ».

En effet, à 49 ans Pascal Abrahami était l’agent le plus âgé du l’unité de lutte anti-terroriste. Dans sa famille, et au sein de l’unité – sa deuxième famille – cette blague revenait souvent. Pascal s’entraînait continuellement pour se maintenir en très bonne forme physique car il avait toujours tenu à être agent de terrain, un combattant malgré son âge, mobilisable de jour comme de nuit à tout moment.

La suite des évènements du jeudi 18 août, la voici. Après avoir discuté avec Ehud Barak, les trois hommes remontent à bord de leur véhicule et commencent à rouler sur la fameuse route 12.

Soudain, Abrahami aperçoit un groupe d’hommes suspects du côté égyptien de la frontière. Ils interpellent des soldats israéliens postés non loin d’eux qui se trouvent du côté israélien. Les suspects se mettent à tirer des balles en rafale. Pascal alerte directement ses camarades. Les trois hommes descendent un à un du véhicule. Soudain, Un tireur positionné sur une colline qui surplombait cette position tire une balle sur Pascal Abrahami qui s’assoit d’abord en silence. En une fraction de seconde, il succombe, laissant ses deux compagnons stupéfaits.

Pascal Abrahami était également père de trois enfants avec qui il entretenait des liens très forts. Ils occupaient à chaque instant son esprit. Il chérissait son foyer et son épouse.

Pascal Abrahami est né en France en 1962 et a immigré en Israël en 1977 avec toute sa famille. Il a servi dans la Brigade Parachutiste pendant son service obligatoire. Il a participé à la guerre du Liban en 1982 au cours de laquelle il a été blessé et il a vu son commandant mourir près de lui. Quelques mois après avoir terminé son service militaire il décida de passer les tests pour intégrer l’unité de lutte anti-terroriste de la Police Israélienne, un processus de recrutement long et éprouvant. Il intègre cette unité en 1985.

Sa famille savait qu’il faisait un métier très dangereux mais Pascal n’en parlait jamais. Véritable référence au sein de son unité, Pascal suscitait l’admiration de ses camarades pour sa détermination, son professionnalisme, et sa modestie. Pascal était décoré de deux des plus hautes décorations militaires.

Pascal Abrahami a été enterré au Mont Herzl, aux côtés des plus grandes figures israéliennes. A son enterrement, sa famille, ses camarades et de nombreuses personnalités israéliennes étaient venus lui faire leurs derniers adieux.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :