Aller au contenu principal

27 juillet 2011

2

« L’ennemi essaie en fait de combattre l’État d’Israël sans se confronter à Tsahal »

par Israel Defense Forces

L’Iran, la Corée et la Syrie continuent de s’armer de missiles longue portée et tous les pays occidentaux se sentent concernés par cette menace. Les questions de la protection contre cette menace et de son coût se posent pour l’ensemble des acteurs concernés. Au cours de la Conférence Annuelle sur la Défense contre les Missiles Balistiques qui s’est tenue le 25 juillet, des experts ont discuté de cette crise.

Tal Michael et Michal Wissbrod

Missiles stockés par le Hezbollah dans le but d'attaquer le territoire israélien

Presque une décennie a passé depuis que Georges W. Bush a défini la notion « d’Axe du mal », en référence à l’armement de certains pays au Proche et à l’Extrême-Orient. Depuis, cet axe est devenu une voie rapide à laquelle se sont joints d’autre États, qui sont rentrés dans une véritable course à l’armement. « L’Iran a récemment annoncé qu’il avait réussi le test d’un missile balistique, capable d’atteindre Israël et l’ensemble de l’Europe de l’Est », a déclaré Frank A. Rose pendant la conférence, Sous-secrétaire adjoint pour les questions de politique sécuritaire et spatiales au Département d’État des États-Unis. « Malheureusement, la Syrie n’est certainement pas le point d’arrivée de la course. Le Hezbollah et le Hamas continuent aussi à s’armer de milliers de mortiers. Petit à petit, le Hezbollah trouve des moyens d’améliorer la précision et d’augmenter la portée de ses armes. »

Un système de protection aérienne abordable

Bien que l’augmentation du stock de missiles constitue un sérieux problème de sécurité, elle soulève aussi des dilemmes économiques. Le développement de systèmes de défense aérienne est extrêmement coûteux, et les gouvernements se demandent comment offrir un système de protection à leurs citoyens à un prix abordable. « Dans cette région, il est évident que tous nos ennemis possèdent des missiles, et en grande quantité « , a déclaré en souriant Mike Bowen, Vice-président de l’entreprise Raytheon pour la défense de pointe contre les missiles et les armes à énergie directe. « La plupart des missiles ne sont pas intelligents, c’est-à-dire qu’ils causent des dégâts considérables, mais ne peuvent pas atteindre une cible précise comme par exemple les missiles Scud. Par conséquent, il faut trouver une réponse à cette menace que les gouvernements pourraient s’offrir. Il est dans notre devoir d’agir sans entraîner la faillite des gouvernements. »

En Israël, le système « Dôme de Fer » a essuyé un grand nombre de critiques du fait de son coût élevé. Un système qui coûte plusieurs milliers de dollars pour l’interception d’un missile dont le prix s’élève à quelques centaines de dollars. Mais Bowen a justement vanté le système de protection israélien : « Même s’il parait très coûteux, il s’agit en fait d’un système durable sur le plan économique. Peut-être que les prix des missiles d’interception des systèmes ‘Dôme de Fer’ et ‘Fronde de David’ semblent élevés, mais il s’agit en réalité d’une relativement bonne affaire. Leurs caractéristiques sont novatrices en termes de coût et de performance des missiles d’interception. »

Le Ministre de la Défense Passive, Matan Vilnaï, a ajouté : « Il ne faut pas se concentrer uniquement sur le coût du missile intercepté, mais sur les dégâts matériels qu’il aurait pu endommager et surtout sur les pertes humaines qu’il aurait pu causer ». Le Colonel Shahar Shohat, Commandant de la Division Anti-Aérienne, a déclaré que l’interception de roquettes tirées depuis la bande de Gaza permettait d’éviter des opérations de grande ampleur comme l’Opération Plomb Durci. Un tel dispositif est coûteux tant sur le plan financier que sur le plan humain.

Que sont devenues les armes saisies sur le Victoria ?

Armement saisi à bord du Victoria

Comme prévu, « Dôme de Fer » a monopolisé une grande partie de l’attention. Le Colonel Rotem Zisser, Chef de l’Administration pour le Développement d’Armement et d’Infrastructures Technologiques, est revenu sur le processus d’élaboration de ce système et a affirmé que son déploiement serait généralisé au cours des prochaines années. En outre, le Colonel Zisser a révélé avoir reçu des soutiens surprenants pendant la mise au point du système, même de la part d’organisations terroristes. « Au cours des essais, nous avons utilisé les roquettes que nous avions saisies à bord des navires Santorini, Victoria, etc. « , a déclaré le Colonel Zisser. « Si vous saisissez des roquettes sur un bateau, il est préférable de s’en servir plutôt que de les exposer dans un entrepôt. Ceux qui ont financé ces navires ont donc contribué au financement du système de protection anti-missile « .

Ne pas se confronter à Tsahal

« L’Armée de l’Air a intercepté des centaines de roquettes qui auraient pu atterrir en territoire israélien », a déclaré le Ministre Vilnaï. Il a ajouté que depuis la Deuxième Guerre du Liban, la perception du front intérieur a beaucoup changé : « La guerre va continuer mais sous d’autres formes. Il ne s’agira plus de deux armées qui se battent l’une contre l’autre, mais de « moqawama », ou résistance en arabe. L’ennemi a compris qu’il n’avait aucune chance contre l’Armée Israélienne, donc il a trouvé d’autres façons d’attaquer. Il essaie en fait de combattre l’État d’Israël sans se confronter à Tsahal. »

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :