Aller au contenu principal

17 juillet 2011

2

Des pilotes israéliens pour la première fois aux commandes du V-22

par Israel Defense Forces

L’équipe de test israélienne de l’avion V-22 est retournée en Israël après deux semaines de vols et de formations. En plus des nombreuses heures de vol accumulées, les membres de l’équipage ont pu tirer d’importantes conclusions : « L’avion va changer les règles du jeu et pourra réaliser des actions dont nous n’aurions jamais rêvé. »

Tal Michael

Deux pilotes israéliens discutent avec un pilote américain des capacités du V-22. Photo : Armée de l'Air Israélienne

Un équipage composé d’anciens membres d’escadons d’hélicoptères et d’autres militaires israéliens est revenu en Israël, après un mois de vols et de formations visant à tester le nouvel avion militaire V-22 dans toutes les situations possibles. Le Boeing-Bell V-22 Osprey est un appareil de transport hybride de conception américaine ; il s’agit d’un avion de transport militaire présentant des caractéristiques propres aux hélicoptères dans les phases d’atterrissage et de décollage. « Notre objectif était de tester l’adéquation de l’avion aux besoins de l’Armée de l’Air« , a expliqué le Lieutenant-colonel Nimrod, de la Division de l’Armement  de l’Armée de l’Air Israélienne. Après deux semaines au cours desquelles les pilotes ont appris le fonctionnement de l’avion de manière approfondie dans une base du corps des Marines américains en Caroline du Nord, ils ont pris leur premier envol de façon totalement autonome. « Nous avons essayé de tester l’avion dans des situations difficiles : de nuit, haute altitude et dans des conditions de mauvaise visibilité. Sans l’ombre d’un doute, cet avion est précurseur dans de nombreux domaines. »

L’avion V-22 permet de décoller et d’atterrir à la façon d’un hélicoptère et de voler en haute altitude et à une vitesse élevée à la façon d’un avion, et il est certainement précurseur de par sa technologie moderne. « L’avion vole à une vitesse deux fois supérieure à la vitesse moyenne d’un hélicoptère, et il offre confort et sécurité en vol », a expliqué le Lieutenant-colonel Nimrod.

V-22 vu de l'intérieur

Au cours des tests de l’avion, les membres du Quartier Général du corps aérien ont examiné des opérations passées qui se sont déroulées au-delà des lignes ennemies et ont tenté d’imaginer l’influence qu’aurait pu avoir le V-22 s’il avait participé à ces opérations. « Il aurait changé les règles du jeu et créé un changement considérable. Nous serions rentrés dans des zones auxquelles nous ne pensions pas pouvoir accéder. Ceci dit, il y a de nombreux domaines qui n’auraient pas été affectés du tout », a dit le Lieutenant-colonel Nimrod. Bien que l’avion ne soit pas furtif, il est considéré par les spécialistes comme un avion capable « d’échapper aux menaces habituelles lorsqu’il vole en haute altitude et à vitesse élevée. Si, dans le pire des cas, l’avion est touché, il peut continuer à fonctionner normalement grâce à ses nombreux systèmes de secours. »

Le noyau des futurs pilotes de l’avion sera constitué de pilotes d’hélicoptères de formation

Bien que l’avion soit hybride et remplisse les fonctions de deux appareils différents, le Lieutenant-colonel Nimrod ne croit pas qu’il remplacera l’un d’eux. « Cet avion est un aéronef d’un genre nouveau qui permet de surmonter les difficultés à l’atterrissage rencontrées par l’avion et le manque de vitesse de l’hélicoptère. L’exécution de missions dans des endroits éloignés nous oblige à pousser les outils dont nous disposons à la limite de leurs capacités ». Il s’avère que l’intégration de la nouvelle technologie par l’Armée de l’Air, s’il est décidé d’acquérir l’avion, se fera sans trop de difficultés. « L’entretien de l’avion ressemble beaucoup à celui de l’hélicoptère Sikorsky CH-53 Stallion et n’est pas censée présenter de problème. Même la formation des techniciens sera similaire », a expliqué le Lieutenant-colonel Nimrod. « Comme dans les escadrons opérationnels de l’Armée Américaine, le noyau des futurs pilotes de l’avion sera constitué de pilotes d’hélicoptères, complété par des pilotes de transport. Les missions comprendront de nombreuses activités au sol à proximité des Forces Terrestres. Avec lesquelles les pilotes d’hélicoptère ont l’habitude de coopérer plus que quiconque. »

L'équipe israélienne sort du V-22

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :