Aller au contenu principal

29 juin 2011

1

« Je suis arrivé ici pour faire du bruit. Je veux que le monde entier connaisse le vrai Tsahal »

par Israel Defense Forces

Dans la peau du Lieutenant Sacha Dratwa, originaire de Belgique, et nouveau Chef du Département Nouveaux Médias de l’Unité du Porte-Parole de Tsahal.

Lieutenant Sacha Dratwa lorsqu'il effectuait son service militaire dans la Brigade Nahal

Le Lieutenant Sacha Dratwa, 25 ans, est né en Belgique et a immigré en Israël à l’âge de 18 ans après avoir terminé ses études au lycée. Il a appris l’hébreu à l’oulpan. Au moment de s’enrôler dans Tsahal, il a décidé de rejoindre la Brigade Nahal, a réalisé un service militaire complet et a même servi dans le bataillon de reconnaissance de Nahal.

« J’ai appris à être israélien à l’armée », explique Sacha. « J’ai eu la chance de découvrir ce pays avec mes jambes et à travers ses paysages magnifiques. »

Après sa démobilisation, Sacha a étudié la communication interactive à l’école IDC à Hertzliya. Pendant l’Opération Plomb Durci, il fut en charge de la première salle d’opérations « civile ». Son équipe gérait en temps réel la communication avec les journalistes étrangers, afin d’expliquer les activités de l’Armée Israélienne. Étant né en Belgique, il a concentré ses efforts sur les blogueurs français, un public particulièrement difficile à convaincre.

« J’ai combattu la délégitimation de l’État d’Israël », explique Sacha. « En temps de crise et dans ces moments de vérité, j’ai appris comment mettre en valeur le pays en utilisant internet afin de contourner les médias traditionnels et de parler aux gens franchement et directement. »

Pendant ses études, Sacha a lancé son entreprise dont le but est d’aider les grandes marques à mettre au point une stratégie de communication via les nouveaux moyens de communication sur internet. Dans le même temps, Sacha a commencé à travailler à l’Institut Asper pour la Diplomatie par les Nouveaux Médias, où il a développé de nouvelles idées pour promouvoir l’efficacité des nouveaux médias dans le monde diplomatique.

« Durant cette période, j’ai commencé  à me familiariser  avec le travail de l’Unité du Porte-Parole de l’Armée Israélienne (Dover Tsahal), notamment lorsque j’ai dû conseiller en matière de formation des commandants de l’unité aux nouvelles techniques des nouveaux médias », raconte Sacha.

Au cours des deux dernières années, Sacha a travaillé bénévolement pour Dover Tsahal et a participé activement à l’établissement du département Nouveaux Médias de l’unité, qui n’en était encore qu’à ses balbutiements. Il le faisait pour le plaisir, pendant son temps-libre. Mais lorsque la Lieutenant Aliza Landes a annoncé son départ du poste de chef du département Nouveaux Médias, Sacha était en première ligne pour venir la remplacer.

« Je n’ai pas hésité une seconde », explique Sacha. « J’ai pensé que ce serait le meilleur moyen de lier mon activité professionnelle à mon amour du pays. J’aime ces deux mondes avec la même intensité, donc la proposition m’a d’emblée séduit. Je me suis directement mis au travail, j’ai revêtu l’uniforme et je suis entré en fonction dans l’un des rôles les plus intéressants et les plus stimulants auxquels je pouvais espérer accéder un jour. »

Sacha insiste sur le fait que le travail des nouveaux médias dans l’Armée Israélienne est fondé sur l’utilisation de tous les outils qui permettent de contourner les techniques de communication traditionnelles, en publiant un contenu de très bonne qualité et facilement disponible, et en profitant de l’ouverture sur le monde entier offerte par internet. Il insiste également sur la possibilité de dialoguer honnêtement et directement avec des blogueurs de différentes régions du monde.

Le Lieutenant Sacha Dratwa, Chef du Département des Nouveaux Médias

« Nos outils pour communiquer sont infinis », explique Sacha. « Le problème n’est plus de savoir si nous devons être présents sur le net, mais comment nous devons y être représentés. Je suis arrivé ici pour faire du bruit. Je veux que le monde entier connaisse le vrai Tsahal, par le biais des techniques de communication modernes. Nous comptons surprendre les visiteurs du monde entier qui pourront simplement naviguer  sur internet et découvrir l’Armée Israélienne autrement que ce qu’ils ont l’habitude de voir à la télévision, sans bouger de leur fauteuil. »

Sacha a déjà prévu une longue liste de choses à faire, qu’il compte mettre en place le plus rapidement possible.

« On a besoin d’utiliser toutes nos cartes et de passer quelques coups de fil ciblés afin d’atteindre immédiatement un large public », a déclaré Sacha. « Nous n’avons pas le temps d’attendre des soutiens ou des autorisations, nous devons battre le fer tant qu’il est chaud ! La détermination et la réactivité sont nos nouveaux mots d’ordre ».

Dans le cadre de ce vaste projet, Sacha a déjà fait la promotion du nouveau site officiel de Tsahal en français et prévoit d’en ouvrir un bientôt en arabe, tout en continuant à travailler sérieusement et à améliorer en profondeur le blog officiel en anglais.

Quelle est la suite du programme ? L’ouverture d’un compte Twitter de l’Armée Israélienne en arabe et l’entrée massive de Tsahal dans la sphère des nouveaux médias en hébreu.

Sacha ne travaille pas seul et ses idées ne sont pas de vagues projets écrits sur le papier. Il est à la tête d’une équipe qu’il a renommé « unité d’élite des nouveaux médias de l’Armée Israélienne ». La plupart de ses soldats sont des conscrits, et viennent du monde entier avec un bagage professionnel et culturel très riche dans le domaine d’internet et des nouveaux médias.

« Tous mes soldats comprennent le sens de notre travail et l’éventail des opportunités qui s’offrent à nous, ainsi que l’importance de démontrer notre sens de la justice », a déclaré Sacha. « Nous nous battons contre ceux qui veulent délégitimer l’État d’Israël,  et notre combat est tout aussi important que celui mené par le Corps d’Artillerie ou par le Corps Blindé de Tsahal. »

« Justifier les opérations menées par l’Armée Israélienne et multiplier les efforts  en matière de communication sont deux défis qui sont passés au premier rang des priorités de l’Armée Israélienne »,  explique Sacha. « Outre le matériel et les ressources financières mis à notre disposition, notre travail repose essentiellement sur la détermination et le dévouement de mes soldats. Nos armes ne sont autres que nos ordinateurs et nos claviers, Facebook et Twitter sont nos champs de bataille. C’est là que nous menons notre guerre à nous, chaque jour. »

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :